“Transformers Devastation” : Les robots en ont sous le capot

13/10/15 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

TRANSFORMERS_Screen1

En confiant la licence des Transformers à Platinum Games, spécialiste du Beat’em all 3D, Activision a vu juste. Facile à prendre en main, fun, esthétiquement irréprochable, avec une direction artistique en cell shading qui n’est pas sans rappeler le dessin animé, cet opus Devastation s’appuie, et c’est tant mieux, sur l’héritage de Bayonetta. Résultat, on a droit à des fights de haut vol, à la fois jouissifs et techniques. Toute l’astuce des combats consiste à esquiver au bon moment, avant l’impact. Cela a pour effet de ralentir le temps une poignée de secondes… et de passer à l’attaque sans subir le moindre choc ! Forcément, les nombreux combos, entre coups faibles (mais rapides) et coups puissants (mais plus lents) sont de la partie. Un bon enchaînement et hop votre Transformer se métamorphose et conclu l’action sous sa forme « véhicule ». Spectaculaire.

Passer en mode quatre roues se révèle également indispensable pour franchir certains obstacles et lors des courses poursuites dynamiques… mais un peu difficiles à suivre à cause d’une caméra capricieuse. Dans le même registre, l’absence de « lock » joue quelquefois des tours. Rageant lorsqu’on est entouré d’une foule de droïdes prêts à tout pour vous dégommer. Par son rythme, ses personnages à débloquer mais aussi ses zones secrètes, ses nombreuses armes au corps à corps ou à distance, que l’on peut même améliorer et faire fusionner, Transformer Devastation n’est jamais répétitif. On a même souvent envie de recommencer une mission pour améliorer son score et découvrir de nouveaux coups ou looter un meilleur équipement. Surtout qu’en face le bestiaire est suffisamment varié et les boss sont aussi forts qu’impressionnants. De quoi se défouler quelques heures lors de la partie scénarisée, efficace, avant de relever des défis, dont la difficulté va crescendo. (Jeu testé sur PS4).

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire