TRIALS OF MANA

22/04/20 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

Le mois dernier, le remake 3D de « Trials of Mana », suite de l’illustre « Secret of Mana », se laissait approcher via une démo convaincante. Une belle entrée en matière pour une aventure que l’on avait hâte de poursuivre sur la version définitive. C’est désormais chose faite, et bonne nouvelle, le jeu arrive à conjuguer fun et nostalgie. Une bonne pioche pour les amateurs de J-RPG sans fioriture, comme on en fait désormais trop peu.

Commençons par ce qui fâche : si le passage de la 2D à la 3D est probant, avec une direction artistique simple et colorée, il ne permet pas de vivre le périple en coopération. Ni en ligne, ni sur la même console comme c’est le cas dans la version originale disponible depuis l’an dernier sur Switch grâce à la compilation « Collection of Mana ». Il faut donc partir seul à la recherche des huit pierres élémentaires indispensables pour sauver l’arbre Mana et par la même occasion le monde. On est cependant toujours accompagné de deux alliés, dont on peut prendre le contrôle à la volée lors des combats… ou laisser des directives à l’IA. Or cette dernière n’est pas d’une grande aide, surtout contre certains boss, assez retors. Il est donc nécessaire de « grinder » les ennemis alentours pour monter son niveau d’expérience.

Construit sur une structure assez classique, le titre de Square Enix va à l’essentiel. En dehors de quelques exceptions il s’agit d’arriver dans un village, d’acheter de meilleures armes et protections puis de partir explorer un donjon. La variété des environnements (caverne, forêt, grotte…) et des ennemis aux looks mignons, fait le reste. Petite particularité : on ne note pas de quêtes secondaires. Les PNJ n’ont donc aucune personnalité. Pour donner un exemple 90% des marchands sont des clones. Au moins, cela permet de les reconnaître au premier coup d’œil… Cette structure dirigiste pousse à parcourir le jeu en ligne droite, en se dirigeant sans réfléchir vers l’étoile affichée sur la mini-map, où se situe le prochain objectif. A mi-parcours, le monde s’ouvre légèrement et offre donc un peu plus de liberté.

Gênant ? Tout dépend des attentes, car le système de combat, enrichi d’une esquive, est vraiment dynamique. Il emprunte d’ailleurs beaucoup aux Hack’n slash, façon « Diablo ». On cogne, monte de niveau, personnalise ses sorts, ses compétences (actives ou passives), équilibre son groupe… en devenant de plus en plus puissant. Pris comme tel, le jeu défoule. Il est d’ailleurs réellement amusant. Des petits ajouts, à l’instar du cycle jour / nuit sont réellement sympathiques. Non seulement les adversaires diffèrent selon les moments de la journée mais les pouvoirs gagnent en puissance en fonction des jours de la semaine. Certains magasins ont aussi leurs horaires. De quoi apporter un soupçon de stratégie. Autre bonne nouvelle, « Trials of Mana » dispose d’une vraie rejouabilité. Avec six personnages aux capacités propres, (on en choisit trois en début de partie), la quête peut donc se vivre deux fois… de manière assez différente pour ne pas trop tomber dans la redite. L’antagoniste change aussi en fonction du héros principal sélectionné. Nouvelle preuve que la série des Mana était en avance sur son temps.  (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire