TWO POINT HOSPITAL

24/09/18 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

Comment dédramatiser les hôpitaux, voire vous donner envie de vous y rendre ? A cette question Bulfrog, chapeauté par Electronic arts apportait la meilleure réponse en 1997 avec un délirant « Theme Hospital » devenu aujourd’hui quasi-culte pour tous les amateurs de stratégie. 20 ans plus tard, inspiré de ce succès, c’est au tour de Sega – accompagné de certains créateurs du premier opus – d’y aller d’un « Two Point Hospital » qui rappellera de très bons souvenirs … en plus de faire découvrir un genre plus si fréquent sur nos PC aux nouveaux venus.

Découpé en différents scénarios vous voilà placé à la tête d’un empire médical, qui finira par compter une quinzaine d’établissements. Soigner les patients et répondre à leurs besoins est le but principal. Oui, mais qui dit entreprise, dit aussi profit… et comme malheureusement le milieu des soins n’échappe pas à sa règle, développer la partie business est primordiale.  Manquer d’argent revient à un game-over, car vous n’aurez plus la possibilité d’embaucher du personnel ou de construire des salles. Tout commence donc par l’accueil des patients. Placer un standardiste, choisir un généraliste, des infirmiers, des spécialistes, créer des salles adéquates, développer son secteur de recherche… Tout a donc un coût et les meilleurs employés de chaque branche exigeront un salaire plus conséquent.

Veiller à l’hygiène en plaçant des toilettes et des poubelles est également primordial. Avoir des nettoyeurs aussi. Certains d’entre eux n’hésiteront pas à faire le ménage, y compris des spectres des défunts qui reviendront hanter les bâtisses pour vous rappeler tous vos échecs. Réellement marrant comme la succession des maladies à laquelle on fait face et les mimiques des PNJ. L’esprit cartoon donne la banane et pousse à revenir sans arrêt dans les cliniques. D’un bout à l’autre, le jeu regorge d’inventivité et a le mérite de renouveler ses situations.

Entre les différents défis, certains cas plus urgents et les inévitables épidémies, facile d’être submergé. Pour remédier au surbookage, on notera une interface lisible où l’on trouve facilement ses repères sans être bloqué. Les objectifs sont eux aussi affichés clairement et le tuto de la première mission va à l’essentiel. Une bonne pioche qui évite le côté usine à gaz réservé aux spécialistes des jeux de gestion. Bigrement divertissant. (Jeu testé sur PC)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire