“UTAWARERUMONO : MASK OF TRUTH” / “RABI RIBI”

02/10/17 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , ,

UTAWARERUMONO : MASK OF TRUTH

Un empire aux mains d’un vil despote, des héros qui s’unissent pour le combattre… Le pitch est connu, reste à voir quel est le traitement. Dans la lignée du précédent opus : « Deception », « Mask of Truth » prolonge cette histoire complexe. Les amoureux de visual-novel à la sauce manga s’y plongeront volontiers pour retrouver leurs héros… Le grand public lui, passera son chemin. Entièrement en anglais, sans sous-titre, le jeu aligne les longs dialogues sur plusieurs dizaines de minutes laissant le joueur entièrement passif. La bonne idée vient des combats au tour par tour à la sauce tactical RPG. On n’atteint pas la profondeur des cadors style « Fire Emblem », mais ces batailles ont l’avantage de rompre la monotonie et de proposer un minimum de challenge. On regrette donc qu’ils ne soient pas plus nombreux, comme si Atlus avait eu peur d’équilibrer la narration et ll(action. Une prochaine fois ? (Jeu testé sur PS4 Pro)

RABI RIBI

CreSpirit s’était fait remarquer début 2016 sur PC avec « Rabi Ribi », un Métroidvania mignon tout plein mettant en scène une lapine à l’apparence humaine. Près de deux ans plus tard, le jeu arrive sur la console de Sony dans une version identique. Mieux vaut tard que jamais… Attention, malgré les apparences, son côté Hantaï et sa difficulté adressent davantage cette production indé aux gamers avertis qu’aux casuals. Articulé sur des mécaniques simples, le jeu vaut essentiellement par son côté coloré et son level design. Grottes, vertes contrées… le chemin à parcourir est varié et le système, où l’on acquiert sans cesse des capacités indispensables pour accéder à des nouvelles zones, est toujours efficace. Les nombreux boss qui se dressent sur la route d’Erina donnent du fil à retordre et obligent à apprendre les patterns. D’où un côté old school qui se ressent jusque dans le style pixel et son petit mélange des genres qui le font passer en l’espace d’un écran du sympathique platformer au jeu de baston… en passant par le shoot’em up. L’arsenal à disposition de cette charmante miss, aussi malicieuse que dangereuse étant diabolique. (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire