“VALKYRIA CHRONICLES”, “HARD RESET REDUX”, “DEAD ISLAND” : liftings et remakes

10/06/16 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

VALKYRIA CHRONICLES REMASTERED

Valkyria Chronicles_20151218094449

Valkyria Chronicles_20151218094449

En marge de « Sonic » et de « Total War », Sega dispose de quelques pépites parfois méconnues dans son catalogue. « Valkyria Chronicles » en fait partie. Jeu de stratégie au tour par tour, le titre se distingue des classiques tels « Fire Emblem » sur plusieurs aspects. Les déplacements ne se font pas de case en case, mais en temps réel, librement, avec pour seule contrainte de ne pas vider une jauge d’énergie qui s’épuise à chacune de vos attaques. L’univers, au style enfantin accroche visuellement. L’aventure se présente sous la forme d’une bande dessinée crayonnée et colorée, dont les pages se tournent pour raconter un conflit dans l’Europe des années 1930. Personnages attachants, gameplay profond et fluidité : le remake est soigné et permet à ceux qui avaient loupé sa sortie en 2008 sur PS3 de rattraper leur retard. On regrettera par contre l’absence de traduction française. Les sous-titres des nombreux dialogues restent désespérément en anglais… Un petit effort supplémentaire aurait permis aux allergiques à la langue de Shakespeare de profiter de toutes les subtilités de l’intrigue. (Jeu testé sur PS4)

HARD RESET REDUX

Il aura fallu attendre près de cinq ans aux possesseurs de consoles pour voir enfin débarquer « Hard Reset ». FPS nerveux, qui prend place dans un univers comics / Cyberpunk soigné, rappelant dans ses meilleurs moments celui de « Blade Runner », ce remake parfaitement fluide et dopé graphiquement séduit instantanément. La prise en main est souple, instinctive et les combats contre les centaines de droïdes sont aussi intenses qu’explosifs. L’interaction avec l’environnement donne lieue à des joutes jouissives. Tonneaux enflammés pour causer un maximum de dégâts, déluge d’électricité pour ralentir les ennemis… le jeu se démarque de ses pairs grâce à une action frénétique. A défaut d’être originales, les deux armes principales brillent par leur design et gagnent des capacités en échange de quelques doses de nanos disséminées tout au long d’un périple étalé sur cinq petites heures . Le symbole d’un esprit arcade assumé par les développeurs de « Shadow Warrior ». Leur choix de revenir à l’essence du shooter solo, plutôt que de tenter de renouveler la formule est bigrement efficace et, comme un certain « Doom » le mois dernier, va à l’essentiel. Parfait donc pour travailler les réflexes et son skill. A 20 euros la dose de fun, difficile de trouver mieux. (Jeu testé sur Xbox One)

DEAD ISLAND DEFINITIVE COLLECTION

DI-DE_07

Présenté en version jouable à la Paris Game Week 2014, « Dead Island 2 » est repoussé à une date inconnue… Remaker les deux premiers épisodes sur PS4 comble donc partiellement ce manque…. Pas de révolution : à l’exception d’un lifting lumineux et de la présence de tous les contenus additionnels dans la galette, il s’agit d’un simple copié collé des versions PS3. Les fans qui avaient parcouru l’île en long et en large à l’époque passeront leur chemin. Les nouveaux venus trouveront un jeu taillé pour l’été ; à savoir un défouloir pas prise de tête dans un décor paradisiaque. En vue FPS et si possible en coop, la mission de votre héros (choisi parmi trois au démarrage) est de survivre à des vagues de zombies en répondant aux sollicitations des locaux et autres vacanciers. Récupérer un objet à l’autre bout de la carte, sauver la copine…. Formule connue, efficace mais aussi lassante sur les longues sessions par le côté fastidieux des allers retours. A noter qu’en guise de bonus, la compil’ contient en plus de « Dead Island » et de sa suite « Riptide », le spin off « Retro revenge », petit beat’em all 2D dans le plus pur esprit arcade des années 1990 couplé au jeu de rythme. De quoi ravir les nostalgiques de l’époque des 16 bits. (Jeu testé sur PS4)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire