Vocabulax : faites une cure d’Etymo !

20/05/10 par  |  publié dans : Internet, Médias

Un site pour réviser la langue de Molière même quand on est plus à l’école.
Et un coup de coeur, un, quand on est tombé un après-midi sur le site Vocabulax, intrigué par ce compte Twitter sorti de nulle part parmi nos followers.

Quiz sur les figures de style, sur la prononciation, la morphologie, les gentilés, l’argot… Les mots, l’étymologie française dans tous leurs états. Un site pour les premiers de la classe, les Latin LV.3, les exclus des boums, les vieux abonnés des Chiffres et des lettres ? Ok, il y a plus sexy, comme sujet, d’autant que le design du site n’est pas des plus péchus. Mais on s’est dit que pour trouver la dernière vidéo LOL ou WTF du jour, vous sauriez ou chercher. Et comme de toute manière vous, gentils lecteurs, êtes en ce moment sur Envrak et pas sur Pure People, on s’est dit que Vocabulax méritait bien 10 minutes de votre temps aujourd’hui, et 2 minutes aussi souvent que vous le voudrez*.

« Vocabulax est destiné à s’amuser avec la langue française, avec le même plaisir qu’on peut trouver dans un jeu du dictionnaire ou un cadavre exquis », explique son webmaster, Benjamin. Journaliste indépendant, il a lancé Vocabulax il y a un an et demie. C’est un passionné de culture, qui passe son temps libre à monter des sites « ludiques et pédagogiques », dont le dernier en date, www.quizzgeographie.com. « Le but est de faire travailler son imagination, de puiser dans ses connaissances, et de partager le tout avec les autres joueurs ». Lesquels, non content de se défier dans les quizzs (dont le plus populaire, Etymotest, met les compétence à rude épreuve), peuvent aussi proposer aux autres internautes les mots de leurs jargons personnels ou du patois du coin. Pour tout savoir sur le verbe « Bouriauder » ou l’adjectif « Mouligasse »… !

On pourrait en écrire des tartines, on préfère terminer en disant que Vocabulax, c’est du web qu’on aime. On laissera plutôt la parole à son papa, a qui on a posé la question qui tue, rapport à la langue malmenée dans les sms kikooolol et aux linguistes qui se grattent la tête quant à la direction à donner aux français :

Benjamin :« Je dois avouer que je ne ressens pas le besoin de prendre position. J’apprécie ma place de spectateur, j’observe la langue en mouvement. Elle évolue parfois brutalement, elle est parfois maintenue de force (et souvent en vain) par les autorités. J’adore les inventions des jeunes et des geeks, dans leur vocabulaire comme dans leurs tournures. Ils ne manquent pas de style. Le jargon des entreprises aussi m’amuse. Il est souvent ridicule, prétentieux, mais ça me fait plus rire que ça ne m’offusque. Que les professionnels veuillent protéger la langue française, je peux tout à fait le comprendre. Mais je préfère ma position, plus confortable, dans laquelle je me contente d’apprécier notre langue bien vivante. À l’inverse, je ne crois pas une seconde à l’idée de réformer le français pour en écarter tous les pièges. Et je n’aimerais pas que ça arrive (mais ça n’arrivera pas). Une dernière remarque à propos du langage des jeunes. Le cliché du Grand Internet qui inciterait nos têtes blondes à écrire n’importe comment n’a aucune valeur. J’ai remarqué sur les forums que la mode chez eux est même plutôt à la stigmatisation de ceux qui font des fautes. Au point d’en être de plus en plus lourds, plein d’un élitisme bas-de-gamme. Il faut comprendre que faire des fautes n’est pas une preuve de bêtise, et qu’il est assez facile d’aider ceux qui en font à se corriger ».

www.vocabulax.com et sur Twitter, pour recevoir régulièrement des colles linguistiques.

*Vous pouvez aussi ouvrir trois fenêtres en même temps, pour aller voir du people, réviser la langue française ou checker vos mails, faites comme chez vous, on vous fait confiance pour revenir nous voir.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

1 commentaire

    bcolo  | 20/05/10 à 21:54

  • “a qui on a posé” -> à qui on a posé. Désolé, mais vu le sujet…

Laisser un commentaire