WORLD WAR Z

06/05/19 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

Si les adaptations de films en jeux vidéo (et vice versa) sont légions, elles concernent avant tout- des blockbusters dernier cri. En ce sens, l’arrivée de « World War Z » est une surprise puisque le film de zombies réalisé par Marc Forster (lui-même tiré d’un bouquin de Max Brooks) et porté par Brad Pitt date de 2013. Il n’est pas non plus, malgré son efficacité, reconnu comme un classique du genre. Le pari de Focus était risqué… mais s’est avéré payant auprès du grand public, puisque l’éditeur annonce avoir écoulé 1 million d’exemplaires lors de la semaine suivant sa sortie.

Ce n’est plus un secret, les jeux orientés multi ont la cote. Cependant plutôt que de nous gratifier d’un énième Battle royale, les développeurs de Saber Interactive ont davantage misé sur un TPS en coopération inspiré du cultissime « Left 4 dead ». Que les amateurs de PVP se rassurent des matchs à mort sont à l’ordre du jour, mais l’intérêt est ailleurs. Classique dans son déroulé, « World War Z » nous invite à se spécialiser dans l’une des six classes : fantassin, exterminateur, soigneur… avant de partir chasser les infectés en compagnie de trois sbires dirigés par des camarades virtuels ou par l’IA. Enfin chasser… Il s’agit davantage de retenir l’assaut des hordes mutantes. Car si on note au fil du parcours des petits objectifs, tout n’est que prétexte à faire parler la poudre.

Et sur ce point, le titre fait fort avec un moteur graphique spécifique qui permet d’afficher des centaines de créatures à l’écran. Du métro New-Yorkais au désert proche de Jérusalem en passant par un bunker Moscovite ou les rues de Tokyo, soit quatre villes bien distinctes, la guerre fait rage. D’où un défouloir pas prise de tête, répétitif certes, mais au plaisir immédiat et à la marge de progression plutôt conséquente. Non seulement on débloque au fil du temps des armes (lance-roquettes révolver, tronçonneuse) mais on a aussi droit à cinq niveaux de difficultés… qui vont jusqu’à pénaliser le tir allié. Avis aux spécialistes.

Sans renouveler le genre et nettement plus arcade si on le compare à l’exclu de Sony « Days gone », ce « World War Z » va à l’essentiel et révèle son potentiel lorsqu’on y joue entre potes. Dans ces conditions et avec un suivi d’ores et déjà annoncé vu le succès – on espère de nouvelles destinations et un peu plus de variété – la proposition est haletante. Quant à la partie technique, elle est propre, sans ralentissement malgré le nombre de morts-vivants en train de foncer en masse sur votre pauvre avatar… lequel doit aussi se défaire des hurleurs ayant la fâcheuse tendance d’attirer leurs compères alentours ! (Jeu testé sur PC)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire