A la Cité de la musique : Bob Dylan et Sophie Hunger

09/03/12 par  |  publié dans : Concerts, Expos, Musique | Tags : , , ,

« Ce soir je ne serai pas là, Bob Dylan sera sur scène ». C’est par une de ces formules énigmatiques qui la caractérisent que la musicienne (aussi douée qu’exigeante) Sophie Hunger présente, jusqu’au 9 mars, sa performance à la Cité de la Musique, dans le cadre du cycle « Bob Dylan, revisited ». 

Performance, oui, le terme n’est ni exagéré ni galvaudé, pour qualifier cette métamorphose de Hunger en Dylan, ces efforts pour entrer dans la peau du folksinger des années 60, avant son passage à l’électrique.
Trois guitares, sèches donc, en fond de scène. Elle arrive en veston, jean et boots noirs et prend, pour « se » présenter, l’accent du chanteur, imite un peu sa voix nasillarde. Ce mimétisme aurait pu être ridicule, et puis à quoi bon copier l’original, surtout quand on l’aime et l’admire tant ?  Musicalement, pourtant, sa prestation est surprenante et créative. De l’originel Song to Woody  à “l’inchantable” It’s all right Ma (I’m only Bleeding), que Dylan lui même n’a jamais interprétée sur scène, la Suissesse s’est délibérément compliqué la tâche. Comme Dylan elle réinvente les mélodies, avec plus ou moins de bonheur, si bien qu’il faut parfois un couplet entier pour reconnaître le morceau ; comme Dylan elle éclate de rire de temps en temps ; comme Dylan elle chante 60 minutes bien serrées.

« Avant de commencer la musique, je savais depuis longtemps que j’étais capable de chanter fort », avait-elle raconté lors d’une interview. Devant les 250 personnes de l’amphithéâtre de la Cité de la musique, elle a donné une nouvelle preuve de sa puissance vocale. Avec intelligence, elle met sa voix au service des textes, les rendant plus audibles et compréhensibles que l’original.

Enfin, pardon Mlle Hunger, mais sur scène, c’était bien vous, je vous ai reconnue.

Le photographe Daniel Kramer face à Bob Dylan, à la Cité de la musique

A voir à la Cité de la musique :

L’exposition “Bob Dylan, l’explosion rock 1961-1966”, jusqu’au 15 juillet. Une très belle incursion dans les racines (pièces entières sur Woody Guthrie, Elvis…), puis les débuts de Dylan, du Midwest à Greenwich Village. En particulier, une série de photos de Daniel Kramer : Bob et Joan Baez, Bob et Johnny Cash, Bob en studio, Bob en chemise dans une salle de concert encore vide… Où l’on contemple, en grand format, l’incroyable photogénie de Dylan. Vieilles photos de collège, guitares exposées, écoutes au casques, entretiens vidéos, extraits de concerts; le mythe est décortiqué mais heureusement, loin d’être brisé.

Au sous-sol, un grand espace est consacré à Dylan en France : précieux clichés de Bob et Johnny bras dessus bras dessous, fabuleux extrait d’interview où Dylan envoie balader un journaliste par des réponses absurdes. En ressort l’évidence du décalage entre la France musicale des années 60, très proprette (Hugues Aufray and co), et un Dylan hyper moderne, provocateur, incarnant – bien malgré lui – une forme de rébellion.

Un livre pour la route : La bibliographie autour de Dylan est désespérément florissante, les écrivains déclinant à l’infini, fiction ou biographie, le thème « Dylan et moi ». On retient plutôt le petit recueil à paraître le 16 mars chez Capprici, D’où viens-tu Dylan ?, qui réunit les articles publiés par le critique Louis Sobecki (Libération, Rolling Stone…) à propos de Bob. Sobecki le déclare nul en concert, démonte volontiers un certain nombre de ses disques, conseille une fois sur deux d’écouter ceux que Dylan a écoutés/plagiés plutôt que Dylan lui même… Bref, il est fou de lui. C’est la chronique d’une passion obsessionnelle, remontant à 1962, que Sobecki livre ici. Où on apprend notamment que Dylan a eu un faible pour Françoise Hardy et qu’il aurait composé pour elle Juste Like a Woman.

 

Photographie © Cité de la musique
Couverture : Bob Dylan With Top Hat Pointing In Car, Philadelphia PA 1964 © Daniel Kramer
Plus d’infos sur http://www.citedelamusique.fr/

 

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire