Mickey [3d] – La grande Evasion

27/09/09 par  |  publié dans : Albums, Musique

On reprend pas les mêmes et on recommence ! Fermée, la parenthèse de Mickey tout seul : Mickaël Furnon rassemble autour de lui trois nouveaux amis stéphanois pour une nouvelle mouture qui ressemble fortement à la précédente, quoique la choriste a une voix moins aigüe que la première.

Sorti le 21 septembre, l’album La Grande Evasion nous rend le Mickey 3D qui nous plaît tant depuis le titre Respire. Les basses toujours aussi présentes et saturées, la voix monocorde et grave de Mickaël, des riffs de guitare simples et les choeurs féminins pour adoucir le tout ; ce qui donne un opus juste un peu moins rock que Matador.

Oui mais on est désormais loin des titres comme Il faut toujours viser la tête justement, ou Le Grand Jacques ou encore Mimoun, fils de Harki. L’engagement politique, c’est fini pour Mickey ? On a du mal à y croire et pourtant. Les nouveaux titres semblent annoncer une orientation toute autre et font appel à un imaginaire relevant de l’enfance et de l’adolescence sans pour autant ressembler à du Dionysos. Ainsi La fille du Cannibale, Playmobil ou encore Yula (Ma fiancée Galactique) se présentent comme des minis contes pour enfants, pour grands enfants…

Parce qu’en fait, Mickey 3D, même en MiCkey [3d], sans avoir des choses à dire, ça n’était pas concevable ; même pas imaginable !
La Grande Evasion parle aussi préjugés, solitude, misogynie et racisme ; sans clichés, parce que si c’était encore à prouver, Mickaël Furnon est un excellent auteur.

Pour finir, les coups de coeur : Je m’appelle Joseph qui fera sûrement un carton si elle passe à la radio, L’homme qui prenait sa femme pour une plante à la guitare entêtante, Paris t’es belle, Chanson du bonheur qui fait peur à la musique kitsch et rafraîchissante et L’arbre du petit chemin.

Pour écouter La Grande Evasion, c’est

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire