Faveurs de Printemps 2014 [2/3] : The H.O.S.T, The Feather et Santa Cruz

18/04/14 par  |  publié dans : Concerts, Musique | Tags : , ,

Santa Cruz

Commencer un deuxième jour de festival par Neil Young est un kiff monstre. Bon, on le verra pas en vrai, mais le documentaire de Jonathan Demme, Neil Young : Journeys, diffusé en fin d’après-midi, a la bonne idée de montrer des extraits de l’icône folk Canadienne lors de son concert au Massey Hall de Toronto en 2011 et le voyage de ce dernier qui prend la route vers l’Ontario en passant par la ville rurale de Omemee où il a grandi et effectué sa formation musicale.

De quoi nous mettre en jambes.

Made in PACA

Et oui, il y a aussi du folk rock en PACA ! Ce soir, ce sont les Marseillais de The H.O.S.T qui officient à l’église. Ce trio « folk’n rock » (composé de Jullien Arniaud à la guitare/voix, Thomas Campion aux percus et Vincent Fraschina à la basse) puise ses racines dans des influences allant de Led Zeppelin à Queens of the stone age, Hendrix ou encore Pearl Jam. Pas très folk vous allez dire. Oui, sauf que ce soir, le groupe opère en version acoustique pour un live intimiste et dépouillé. Pour l’occasion, la batterie se transforme en simple caisson battue à mains nues, rejoint par une simple guitare sèche et une basse électro acoustique. Au menu : balades planantes naviguant entre pop dynamique et esprit troubadour. Une bonne énergie communicative qui fait du bien.

Prête-moi ta plume

Retour au théâtre pour une autre découverte. Side-project du belge Thomas Medard (chanteur/guitariste du groupe Dan San), The Feather présente ce soir Invisible, premier opus sorti en septembre dernier et fruit d’un long travail solitaire de composition et d’enregistrement. Les chansons ont été réalisées grâce à de vieux objets achetés sur une brocante, des jouets, des vieux claviers et de vieilles guitares. Ce bricolage donne un résultat mélodieux, doux et ludique. De la chine à l’artwork de la pochette, Thomas Medard a pris le temps de tout faire lui-même. Mais sur scène, il s’entoure de 5 musiciens pour une collaboration sympathique et joyeuse. Une très belle intro murmurée en flamand donne d’emblée le ton.

Nous pénétrons alors dans un univers onirique aux textes doux-amers (le single The sights), à la croisée de Syd Matters (pour la nostalgie) et de l’esthétique Burtonesque (tintements mi-enfantins mi-inquiétants de l’énorme xylophone). Mais il y a là aussi une très belle énergie, développée notamment par des percus insulaires et des riffs bien sentis. Face à cette légèreté paradoxalement mélancolique, on ne peut s’empêcher de retrouver une sensibilité vraiment particulière au pop-rock belge : on pense notamment à Girls in Hawaii (on apprendra un peu plus tard en coulisses que Thomas a justement beaucoup de projets en communs avec ces derniers). En tout cas, merci pour ce doux voyage émotionnel, rêveur et aussi léger qu’une plume…

De Hyères à Santa Cruz

Habitués du Festival hyèrois, les membres de Santa Cruz accordent maintenant leur matériel. Précurseur de la nouvelle scène folk-rock et ambassadeur de l’americana en France depuis une bonne dizaine d’années, Santa Cruz rappelle par ses racines l’Amérique de Lambchop, Sparklehorse, Calexico, Neil Young et bien d’autres encore. Après 5 albums salués par la presse, ils ont signé en 2013 Elvis in Acapulco, petit diamant aux superbes facettes mélodiques : un beau disque pop-folk-rock quoi.

Sur scène, on sent l’importance du collectif : la cohésion est bien là, les gars se connaissent depuis très longtemps et se remettent sans cesse en question, même s’ils n’ont plus rien à prouver (vous saviez qu’Archive avait repris un morceau des Rennais, Game of the pool, sur leur album Unplugged de 2004? Un peu la classe quand même). Pedal steel, dobro, banjo, claviers, corde et guitares country alternent entre ballades romantiques et quelques morceaux plus rock. Heureuse de retrouver des vieux titres qui me ramènent à une période imbibée de Wilco (On my way back), je ne peux que respecter le travail sur ce set bien exécuté mais qui manque un tout petit peu d’entrain pour transporter complètement. A suivre…

Photos : The Feather, The HOST

En savoir plus :
http://www.faveursdeprintemps.com/
https://www.facebook.com/pages/The-HOST/94107758814
http://www.thefeather.be/
http://www.santacruz.fr/

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire