Fiesta des Suds : Damon Albarn et Africa Express donnent show

28/10/13 par  |  publié dans : Concerts, Musique | Tags : , ,

Africa express

Samedi 19 octobre. Retour au Dock des Suds pour la tête d’affiche de la soirée : Africa Express, une grande, très grande bande réunissant des musiciens des trois continents emmenés par Damon Albarn.

L’histoire de Africa Express ? En voyageant d’abord au Mali, puis en Algérie, au Congo et en Ethiopie, l’hyperactif génie de la BritPop a été inspiré pour rassembler des musiciens pour d’abord juste voyager et jouer de la musique. Il raconte que lorsque Oxfam lui a proposé une experience humanitaire, il a refusé d’être une célébrité ambassadrice qui descend d’un hélico et secoue quelques mains avant de repartir aussitôt. Ainsi le projet nait et grandit, et s’arrête à la Fiesta des Suds pour la seconde fois.

Damon AlbarnLe show commence, le collectif revient d’un tour de Grande-Bretagne, fait en train, un joli documentaire sur la tournée est projeté avant et durant le concert en fond.

On nous promet 5 heures de show et la promesse est tenue, les plus courageux resteront jusqu’à presque 2 heures de matin debout sous le chapiteaux, à l’abri des petites averses.

Dès la premières prestation, on comprend l’esprit du projet et on se sent déjà de la partie. Les morceaux s’enchainent dans la bonne humeur, le partage, la danse, la fête, … Les artistes passent chacun leur tour mais jamais seul, chacun à sa place, il y a parfois une dizaine de musiciens, chanteurs, danseurs sur scène.

La seule difficulté visible du projet puisque ce n’est pas l’entente, la qualité ou la bonne ambiance, c’est la technique: c’est un vrai casse-tête pour les techniciens de débrancher, rebrancher les guitares, les synthés, les micros… Heureusement, on a droit à quelques improvisations pendant ces transitions parfois bien longues.

Avec une setlist aussi riche, on fait de belle découvertes: Seye, Bassekou Kouyate, Batida, MC Malikah, Maverick Sabre… et retrouve avec plaisir des têtes connues: Kasabian toujours aussi explosif, -M- comme chez lui, un Damon Albarn qui surveille sa petite entreprise de derrière la scène, heureux comme un gamin. Lorsqu’il ne s’incruste pas avec son synthé, il monte sur scene pour un Out of Time (extrait de Think Tank, le dernier album de Blur) qui décrit bien le moment que nous passons ici à Marseille et rejoint Rachid Taha pour un Rock the Casbah plus qu’énergique qui emporte la foule.

Le spectacle plait par son unité et sa diversité, au croisement des continents et des genres musicaux, mais aussi par son engagement et sa générosité.

Kasabian

Kasabian, toujours aussi explosif.

Pour ce qui est de l’autre tête d’affiche: les Chinese Man Record (Chinese Man en live set avec des invités tel que Léo le Bug, Skoob le Roi, Tawan MC, S.O.A.P) se produisent dans la petite salle du Cabaret, mal agencée pour accueillir beaucoup de monde. La salle est pleine à craquer et une foule de festivalier est obligée de profiter du live set dehors. Une situation que les festivaliers n’ont pas manqué de dénoncer : suites aux nombreuses plaintes concernant cette mauvaise organisation, le festival repond sur la page facebook: «D’un commun accord entre les artistes et la Fiesta, nous voulions proposer au public une ambiance club et avions aménagé l’extérieur en conséquence. Nous sommes sincèrement désolés si certains n’ont pas pu assister aux prestations et espérons que vous avez pu apprécier le reste de la programmation et l’ambiance générale du festival. »

On note aussi la présence d’un DJ « DJ Tony S/ Walkabout system » qui, seul sur le haut d’une camionnette retro, passe de la musique d’ambiance de façon incognito, à l’extérieur du bâtiment pour les festivaliers qui prennent leur repas.

La fiesta des suds et Africa Express c’est un cocktail réussi, surtout qu’ils n’oublient pas de revenir !

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire