Fils et filles du vent

06/07/16 par  |  publié dans : Concerts, Musique, Scènes | Tags : , , , , ,

Florencia Déléria

“La” Florencia dans sa loge

Tchoune Négrita 2016

On connait Tchoune à Aix, Avignon et Marseille, aux Saintes aussi, mais il écume l’Europe jusqu’à la Sainte Russie avec les chants sacrés des gitans. On connait moins « La Négrita » -la noiraude- fille de gitane et de tzigane, qui passe du flamenco puro au chant tzigane sans qu’il y paraisse, comme si c’était la même musique et la même langue. Si vous n’êtes pas un aficionado ou un érudit, vous voyagez des Balkans à l’Espagne sans même vous en rendre compte.

Tchoune est un puriste du flamenco gitan -le seul authentique à ses yeux- mais il ne reste pas figé dans la tradition: quant il chante « Edelerzi » de Goran Bregovich il devient tzigane et vos poils se hérissent. Leurs deux voix sont cousines, voilée, déchirée, caressante et murmurée, elles explosent soudain avec une puissance qui se passe d’amplification.

Du monde aux Balkans

Négrita

On devrait prétendre qu’ils ne pouvaient que se rencontrer, mais c’est déjà arrivé il y a très longtemps, quand ils faisaient la manche dans les rues des Saintes Maries de la Mer, à douze ans. Depuis, ils ne cessent de se croiser, de se retrouver, comme ce 9 mai 2016 à la Cité de la Musique de Marseille pour cette création originale en grande formation. Accompagné au piano par Martial Paoli, le seul gitan corse recensé, de Pépé Fernandez à la guitare et Jérémie à la guitare Manouche, la première partie du spectacle est du flamenco gitano, la seconde vous emporte dans les Balkans avec Andreï à l’accordéon et Aramis au violon,  Ginaï à la danse tzigane,
 la troisième est celle de la rencontre entre ces deux affluents du peuple Rom.

Tchoune Négrita 2016

Quand ils entament « Djelem Djelem » « Je suis parti, je suis parti » ou « J’ai voyagé j’ai voyagé » qui est l’hymne des tziganes depuis 1971, date de leur premier congrès mondial, vous ne comprenez pas les paroles, pourtant ça vous prend au dépourvu, les larmes vous montent aux yeux.

Les voilà, où tout est dit:

Lungone dromensa

Maladilem Baxtale Romensa

Ay, Romale, Ay Chavale

Ay Romale, katar tumen aven

Le tserensa baxtale dromensa

Vi man sas u bari familya

Tai mudardya la e kali legiya

Aven mansa sa lumiake Roma

Kai putaile le Romane droma

Ake vryama ushti Rom akane

Ame xutasa mishto kai kesara

Tchoune Négrita 2016

J’ai marché, marché sur les longues routes,
J’ai rencontré des tziganes heureux.
J’ai marché, marché au bout du monde,
Et la chance était avec eux.
Ô Rom, toi l’homme, toi l’enfant,
Ô Rom, d’où êtes-vous venus
Dans vos tentes, sur les chemins de fortune.
Où êtes-vous, maintenant ?
Où sont les hommes ? Où, les enfants ?
Comme vous, j’avais une grande famille
Comme vous, les hommes en noirs l’ont massacrée.
Venez avec moi, tous les Roms de la terre
Car les routes tsiganes nous sont ouvertes.
Voici l’heure. Debout, Roms !
Nous ferons ce que nous voudrons.
Ô Rom, toi l’homme, toi l’enfant,
Venez avec vos tentes, sur les chemins de la fortune.

Les paroles actuelles de ce traditionnel sont celles de Zarko Jovanovic.

Tchoune Négrita 2016

Il y a mille et cinq cent spectacles en Avignon, le catalogue vous en tombe des mains. Ne ratez pas ce voyage là, il est bouleversant.

A 21h au Festival d’Avignon à la Chapelle Notre Dame de la Conversion 07 88 00 68 03

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire