Gilles, épisode 15: High on somethin’

01/04/10 par  |  publié dans : Carnets, Musique | Tags :

Avec Julien et sa Clémentine, Gilles rencontre les Stereophonics.

“Bon, disons que tu ne puisses emmener qu’un seul vieux… Fais gaffe, choisis pas ton préféré, choisis-en un que tu pourrais supporter en tête à tête pendant un an entier ! C’est hyper différent ! En fait ça peut être quelqu’un que pour l’instant tu peux pas encadrer mais dont tu sais que potentiellement tu t’emmerderas pas avec lui, limite vous vous engueulerez un peu mais ça vous occupera, tu vois…”

Le “Si tu devais” est un des jeux préférés de Julien, celui sur lequel il aime passer des intercours entiers. Là, la question, c’est ” Coincé dans ton appart parce qu’une bactérie mortelle s’est répandue dans le pays, tu gardes qui comme 80 ans et plus, sachant que du coup, les autres y passent ?” Ils sont assis dans un coin de la cour et partagent une clémentine – une idée de Julien pour les lundis matins douloureux.

“Moi clairement je garde le père de ma belle-mère. Le mec, des fois il me regarde je sens qu’il me méprise complètement. Pour Noël, il a arrêté de faire des cadeaux à ses petits-enfants, à la place il file des thunes à des organismes humanitaires. Résultat l’an dernier, on a eu droit à une enveloppe avec dedans une photo d’un petit enfant africain malade du palu. Je suis sûr qu’au bout de trois quatre mois, on s’adorerait lui et moi.”

Gilles sourit, et pas du tout par principe. A quoi ça servirait d’avoir des amis si même devant eux il fallait se forcer ? La plupart du temps, Gilles aime Julien sans raison particulière, juste, comme ça, parce qu’ils accumulent sans y réfléchir les scènes anodines et les moments hors de tout. Samedi soir, Gilles a téléphoné à Julien ivre et en pleurs. “Je ne peux plus, je ne peux plus! Je me sens usé comme un type de 40 ans, tu sais, comme au bout de mes forces… Je supporte plus de la voir tous les jours en cours, et en plus, je me sens tellement con ! Même ma mère m’a grillé, c’est minable !” Julien n’a rien dit, ni samedi ni ce matin.

A un moment, la fille en question traverse leur champ de vision, un truc coupant s’enfonce dans le ventre de Gilles, un instant Julien le sent lutter pour ne pas courber la nuque, alors lui, sans s’en rendre compte se redresse, et d’une voix plus forte, il raconte n’importe quoi, encore.
Les épisodes précédents de Gilles sur Envrak, c’est par là !

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire