Grammy Awards 2014 – Tes paupières sont lourdes

27/01/14 par  |  publié dans : Musique | Tags : ,

grammy-awards-2014

Beyonce

Beyonce

(22h30 – devant le premier épisode de la série Rake) En attendant les Victoires de la Musique, cérémonie so frenchy et pour laquelle nous vous promettons un live tweet de folie, je me suis penchée sur les Grammy Awards.
Pour la première fois, la chaîne D17 a proposé une diffusion en live de cette cérémonie US dédiée à la musique. 2h du matin et la “fête ” commence !
Au programme, pas moins de 82 récompenses à distribuer. Bon je vous rassure tout de suite, la cérémonie ne dure pas 10h. La plupart des récompenses sont distribuées lors d’un “pré-show” non diffusé, laissant ainsi la place aux prix les plus “tout-public” (une dizaine) et aux performances live.
Vous me direz, ils sont forts ces ricains avec leur 82 récompenses, voir même qu’ils en font trop… Mais au final, en y regardant de plus près, on se rend compte qu’ils veillent juste à honorer la musique dans toute ce qu’elle a de plus diversifié (du blues au rap en passant par l’electro, le jazz ou le gospel). Et entre nous, nos Victoires de la Musique paraissent encore plus ridicule et anecdotique à côté.

(23h25 – Devant le double épisode final de Sleepy Hollow) Enfin, bref, il est surtout temps pour moi de me préparer à rester éveillée toute la nuit pour ne pas louper un seul morceau de cette cérémonie, qui après les Oscars et les Golden Globes, est l’une des plus importantes, glamour et spectaculaire aux États-Unis. D’ailleurs, je salive à l’avance en songeant que Madonna, Katy Perry ou Daft Punk vont offrir une performance live. Malheureusement, il me reste encore 2h30 à patienter et regarder des séries ne suffit pas à éviter l’augmentation de mes bâillements… Alors j’essaye un peu tout, une douche, faire une lessive, réorganiser ma collection de MP3, mettre dans le back-office quelques chroniques à corriger à l’intention d’Engy, Sab et Holden… ça semble fonctionner.

Beyonce (live)

Beyonce (live)

(1h – Un bol de céréales et un thé plus tard) Ne pas dormir, résister et tenir bon… Plus qu’une heure avant le début de la cérémonie. Allez je me replonge dans la liste des nommés histoire de faire quelques pronostiques, enfin uniquement sur les catégories “connues”. Tiens, j’aimerais bien voir gagner Bruno Mars ou Pink (chanson de l’année), Ed Sheeran (nouvel artiste), Lorde (meilleur album pop), David Bowie (meilleur album rock) ou encore Vampire Weekend (meilleur album rock alternatif)… Mince seulement 10 minutes d’écoulées. Allez un peu de lecture avec de la musique qui réveille pour ne pas risquer de louper l’ouverture des Grammy.

(2h – une dizaine de bâillements et quelques pas de danses improvisés devant ma télé plus tard) Et c’est parti ! Beyonce et Jay-Z ouvre le show avec le titre Drunk in Love. Le couple phare de l’industrie musicale offre une belle performance : (plutôt) sobre mais (très) hot ! S’en suit un speech de LL Cool J, le présentateur de la soirée, qui ne cache pas son admiration pour Pink et les Beatles (mis à l’honneur ce soir) et salue au passage Bruno Mars et Taylor Swift. Par contre, est-ce que quelqu’un peut dire à Anna Kendrick que boire avant de monter sur scène peut avoir un effet négatif sur son humour… Non parce que là son speech pour présenter le prix de la révélation de l’année (remporté pour info par Macklemore & Ryan Lewis) était franchement trop long, pas drôle et à vrai dire : on se demande qui l’a écrit. Bon désolée, je me “déconnecte” 2 minutes car ma nouvelle chouchoute, Lorde chante Royals en live et je ne veux pas en louper une miette !

Madonna sur le tapis rouge

Madonna sur le tapis rouge

(2h20 – Première pause pub) J’en profite pour regarder les photos du tapis rouge et OH MON DIEU !!! Mais qu’est-il arrivé à Madonna ???? Non sérieux, on est pas loin du point de non retour. Après avoir largué son danseur français qui aurait pu être son fils, la voici qui se pointe avec des fausses dents en or. Certes, la madone est connue pour ses extravagances et ses looks atypiques, mais là c’est juste plus possible… En attendant, les Daft Punk remporte un prix pour Get Lucky avec Pharell. Les Daft se la jouent silencieux sous leur casque, tandis qu’on se demande où il a trouvé son chapeau et pourquoi le porter avec une veste de jogging (oui, je me l’a joue police de la mode ce soir, mais là, c’est un peu obligé). Katy Perry enfermée dans une boule de cristal géante au milieu d’un décor de cimetière (mystique et envoûtant) interprète Dark Horse. Est-ce que quelqu’un pourrait expliquer à Sinclair (présentateur pour D17) que quand un artiste prend pour décor un cimetière, on est pas forcé de penser tout de suite à Thriller de Michael Jackson ?!

(2h40 – premier bug pour D17) Problème de faisceau au Staple Center (lieu de la cérémonie) et du coup le live de Robin Thicke avec Chicago est retardé. Prestation maudite, vu qu’une nouvelle coupure prend place à la fin. Alors quand Robin se fait allumer par Miley Cyrus tout va bien, mais dès que le gars essaye de se la jouer plus sérieux et plus musical, la technique le lâche et Sinclair considère que sa prestation est pourrie… Rappelle-moi Sinclair, il remonte à quand ton dernier tube ??? Petite blague du soir de D17 : “Taylor Swift, qui commence tout juste à être connue dans le monde, grâce à son dernier album Red…” Euh comment te dire que la jolie blonde est connue en France depuis plusieurs années que ce soit pour ses premiers titres, sa relation avec Taylor Lautner ou encore celle avec l’un des membres des One Direction… Bref, réveillez-vous les gars et révisez un peu, avant de dire des énormités ! Bon allez, je me console avec la voix bouleversante de John Legend suivie par la prestation parfaitement mélodieuse de Taylor Swift. Cette dernière pourra d’ailleurs servir comme mannequisn pour la prochaine pub des shampoing L’Oréal au vu des mouvements de tête faisant voler sa longue crinière.

Taylor Swift (moment L'Oréal)

Taylor Swift (moment L’Oréal)

(3h10 – Première envie de meurtre) Ne pas craquer et ne pas jeter mon ordinateur à travers mon écran de télé quand les présentateurs de D17 parlent… Sérieux Sinclair ne peut pas s’empêcher de se la joueur “jury de la Nouvelle Star” en donnant son pseudo avis (dont tout le monde se fout) d’expert sur la prestation de Swift… Je souffre, mais je tiens bon car Pink va enfin chanter. Allez vos gueules et par pitié laissez nous mater les pubs américaines plutôt que de vous écouter !!! J’ai une confession à vous faire… Je suis “amoureuse” de Pink. Cette nana est toujours hallucinante. Après 15 ans de carrière, elle continue à surprendre et à relever avec brio de nouveaux défis !
Ok, au lieu de pourrir les présentateurs de D17, je pourrais couper le son à chacune de leurs interventions, mais je louperais des perles (donnant de l’eau à mon moulin) et pour cela je remercie tout particulièrement Sinclair qui confond Lorde (venant d’être récompensée) avec Sarah Bareilles.

(3h30 – Première crampe à force d’être assise) Et ce n’est pas Ringo Starr qui va me donner envie de me mettre debout pour danser. Non que sa performance soit mauvaise, c’est juste que c’est pas franchement le Beatles que j’attendais sur scène et sa chanson country ne se prête pas spécialement à un petit pas de danse improvisé dans mon salon… Par contre son dandinement incessant de gauche à droite aurait plutôt tendance à me donner le mal de mer, à croire qu’il essaye de contrôler une envie urgente d’aller aux toilettes. Sinon, pour Sinclair, Jamie Foxx (présentant une récompense) est toujours l’acteur de RayEuh mec, tu es coincé en 2004 j’ai l’impression. Dans son discours, l’acteur s’excuse auprès de Jay-Z pour avoir maté avec un peu trop d’insistance sa femme (Beyonce). Allez, je t’ignore (Sinclair pas Jamie) pour savourer Imagine Dragons chantant avec Kendrick Lamar. Et pour le coup, j’imite Taylor Swift, je me lève de mon siège et je groove ! Ma performance préférée après celle de Pink, of course…

Daft Punk sur le tapis rouge

Daft Punk sur le tapis rouge

(3h55 – Ou comment Sinclair sort sa science) Débat sur la country, rapidement bouclé par de nouveaux commentaires de Sinclair en mode “jury Nouvelle Star” sur les dernières perf’. Après Ringo, c’est au tour de Paul McCartney de monter sur scène. Et là, ça a clairement plus de gueule. Ringo est à la batterie pour l’occasion, Paul derrière son piano arc-en-ciel, pas de doute les Beatles (même en nombre réduit) ont toujours la classe ! YEAH, un de mes chouchous enfin récompensé aka Bruno Mars pour son album Unorthodox Jukebox.

(4h11 – Ou comment mon cerveau commence à se mettre en mode off) Résultat, je n’entends plus toutes les conneries alignées par le trio de D17 et j’ai tendance à ne plus taper sur les touches de mon clavier dans le bon ordre, ce qui peut “dnnero dse chseos” dans ce genre si je fais pas attention… Willy Nelson est sur scène et si je me prends à fermer les yeux ne serait-ce que quelques secondes, je me retrouve à voyager au cœur de l’Ouest américain. Et puis Blake Shelton apparaît et me ramène à Nashville… Bon s’ils continuent sur cette lancée, je vais avoir du mal à résister à Morphée la prochaine fois que mes paupières se feront lourdes. Finalement, l’arrivée de Neil Patrick Harris pour présenter la prestation des Daft Punk me donne un regain d’énergie. Stevie Wonder, Pharell et les Daft Punk sur une même scène… Sérieux, il n’y a que aux Grammys que l’on peut voir ça ! Un mystère demeure… Sont-ce vraiment Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Cristo sous ces casques ? Si on n’aura jamais la réponse, ça n’empêche pas Jay-Z, Beyonce, Steven Tyler (Aérosmith) ou encore Katy Perry de se déchaîner durant ce live. C’est définitivement, pas aux Victoires de la Musique que l’on verra Johnny Hallyday ou Alex Beaupain se déhancher sur du Stromae

(4h35 – Le début de la fin) Les prix les plus importants arrivent, et si mon cerveau montre de plus en plus de lenteur, mes pieds tapent toujours la mesure dès que les premières notes d’une nouvelle chanson se font entendre. Une petite pointe de déception me gagne avec le Grammy de la chanson de l’année. Je suis contente pour Lorde, mais j’avais vraiment envie de voir Pink monter sur scène à sa place… Les Grammys ne sont vraiment pas une soirée comme les autres. Ils osent tout : comme demander au pianiste classique de génie Lang Lang de jouer aux côtés des hard-rockeurs que sont les membres de Metallica. C’est surréaliste et pourtant le défi est relevé avec brio. Note personnelle pour plus tard : Allez voir Lang Lang en concert !

Pharell ou la voix des Daft Punk

Pharell ou la voix des Daft Punk

(5h – On demande Madonna sur scène) La madone qui a annoncé sa participation aux Grammys au dernier moment se fait attendre. Oui, elle était sur le tapis rouge (cf photo plus haut) et dans la salle, mais tout ce qui entourait sa participation à la cérémonie a été maintenu secret jusqu’au bout. Cela n’a pas empêché les spéculations d’aller bon train… En attendant, la récompense pour l’enregistrement de l’année est attribuée à Daft Punk pour Get Lucky et mon côté chauvin s’exprime en se dandinant sur mon fauteuil. Et à nouveau c’est Pharell qui parle pour eux, le mystère s’épaissit (ou pas). Macklemore et Ryan Lewis sont sur scène avec Same Love – chanson contre les discriminations envers les homosexuels – et Queen Latifah créé l’événement en mariant 33 couples (hétéros et gays) en direct. Madonna soigne son entrée en arrivant sur scène en costume et avec une canne blanche en entonnant Open Your Heart. L’émotion est totale et l’une des jeunes mariées offre son bouquet à une Katy Perry tout sourire. Une performance spirituelle et militante qui va rester dans les annales des Grammys, même si au fond la participation de Madonna est un peu anecdotique et relève plus du coup marketing.

(5h20 – Tes paupières sont lourdes) Message destiné aux organisateurs des Grammys : Pensez à ceux qui vous suivent en direct dans le reste du monde quand vous décidez du déroulé de la cérémonie. Caler un speech de plus de 5 minutes de remerciements/hommages suivi du “in memoriam” en fin de show n’est pas la meilleure des idées pour garder les français réveillés jusqu’au bout. Ou alors prévenez-nous que l’on prévoit le shoot de caféine au bon moment. La dernière récompense est remise à Daft Punk pour leur album Random Access Memories. Si on a envie de pousser un joli cocorico, je ne peux m’empêcher de constater que cet album n’a pas autant emballé la rédaction d’Envrak puisqu’il est absent de nos tops musique 2013. C’est en tous les cas un carton plein pour nos deux “robots” avec 5 Grammys pour 5 nominations.

(5h41 – Rideau de fin) Après un dernier live bien rock de Nine Inch Nails, Dave Grohl et Queen of the Stone Ages, il est temps de boucler ce compte rendu. Au final, la cérémonie des Grammys vaut surtout le coup pour les perf’ live des artistes invités. Les récompenses s’enchaînent sans vraiment d’intérêt et le temps pour les speechs de remerciements est encore plus court que pour les Oscars. Sur ce, je vous donne rendez-vous pour notre live tweet autour des Victoires de la Musique le 14 février (cette fois-ci mes collègues Envrakés devraient se joindre à moi) et vous souhaite une bonne nuit journée.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire