Hippocampe fou : Hug !

02/05/11 par  |  publié dans : Artistes, Musique | Tags :

On est au début des festivités printanières mais il n’est pas trop tard pour vous enfiler une seringue emplie de son sérum de déraison. Malmenant le vocabulaire et claquant ses mots de sa langue bien affûtée, le fou autoproclamé trace de son bic à l’encre indélébile des moments colorés où souffle un air malin qui sent bon le frais. Question-réponse avec Hippocampe Fou alias Le Dindon, roi de la basse-cour sous-marine alias Bernard Pivot.

Au vu de tes diverses casquettes, non pas celles qui trônent sur ton crâne, mais tes marottes – série sur le web, membre éminent de La Secte Phonétik, nouveau venu au sein du collectif “Clak Your Hands !”, tu sors ton e.p solo… Ne serais-tu pas Hyper-actif ?! Et depuis quand ? Et présente-nous tes divers projets, s’il te plait, fais donc preuve d’humilité !!

Je ne suis qu’un troubadour qui essaye de se renouveler à chaque projet et de collaborer avec un maximum d’artistes. Je ne me sens vraiment “utile” que lorsque je crée.
J’ai commencé par animer des soirées slam dans une sombre grotte, c’est dans ce cadre que j’ai rencontré Djahyef et Nivu Nikonu, avec qui je forme, depuis 2007, “La Secte Phonétik”. En 2009, nous avons sorti un premier recueil musical 100% vocal. Nous préparons actuellement notre 1er album et nouveau spectacle.
C’est aussi grâce au slam que j’ai fait la connaissance de Luciole, RiM, Nico K, Da Gobleen et Candiie, membres du collectif de spectacle à domicile Clak your hands que je viens de rejoindre. Le concept me plaît, j’ai hâte de me produire dans des salles de bains.

En 2009, Lolo (Laurent Mizrahi, scénariste talentueux et ami de longue date) et moi avons créé la websérie musicale Vidéo Rap pour les amateurs de rap et de vidéos insolites. Cela m’a permis d’allier mes passions et de me replonger dans l’image que j’avais un peu mise de côté depuis mes études de cinéma.

En 2010, j’ai enregistré 5 morceaux qui me tenaient à cœur, cela a donné Vaccin contre l’automne, mon premier EP solo, disponible sur iTunes, Fnacmusic, VirginMega et toutes les plateformes de téléchargement légal. Le clip du titre Au nom du Père… Noël est en préparation.

Actuellement, je travaille sur mon premier album qui comportera quelques instrus en provenance d’Outre-Manche. Affaire à suivre…

Hippocampe Fou c’est un peu foutraque comme blaze (ne le prend pas mal, hein, je taquine) mais pourquoi ce pseudonyme ?

Je suis, comme tous les hippocampes, père au foyer et cache sous mon crâne un hippocampe qui a tendance à mémoriser de folles histoires.

Es-tu un gros consommateur de médicaments en tout genre, favorises-tu l’agrandissement notoire du trou de la sécu : hippo est hypocondriaque ou pas ?

J’ai souffert de la venue de l’automne pendant de nombreuses années, j’ai tout essayé pour lutter contre cela : antidépresseurs, stick à lèvres… Heureusement j’ai trouvé le vaccin.


Hippo est un type hyperlaxe qui tel un contorsionniste peut rentrer dans une boite ou ce n’est pas le cas ?

J’adore les contraintes, si celles-ci peuvent être assimilées à des boîtes alors oui, mes créations (qui sont plus souples que moi) sont en mesure de rentrer dans des boîtes. Mais pourquoi pas, le temps d’un morceau, me transformer en “seahorse-in-the-box”.

Fais-tu, comme certaines personnes, ton propre Hydromel ? Quelle est donc ta recette personnelle ?

Je concocte mes propres hydromel, space tea et petits plats. Pas de livres de recettes, je cuisine à l’instinct. Je pars souvent d’un infime ingrédient (idée savoureuse, mot épicé) et teste des mélanges improbables plus ou moins digestes.

Comme les jeunes aux cheveux pas propres et qui ont la fleur au bec, ces hippies, pratiques-tu la liberté des mœurs, sexuelles avec ou plusieurs partenaires, rejettes-tu la société, et es-tu adepte de la non-violence ?

J’aurais aimé être là à Woodstock mais j’étais occupé à consommer du jus de pavot et de l’ambroisie au sommet du Mont Olympe. Utopiste, je prône souvent le rêve, le respect et la zen attitude pourtant j’adore les films de zombies.

Qui sont tes “maitres” à penser et que t’ont-ils laissé comme héritage ? Et à ton tour qu’aimerais-tu laisser comme legs à tes futurs héritiers ? Comme Jr Ewing l’industrie du pétrole à la famille Ewing, toi tu as quoi à offrir, hein ?

Mes influences sont multiples : les textes de R-Wan de Java, l’interprétation de Jacques Brel, le flow de Busta Rhymes, la musicalité de Bobby Mc Ferrin, la force évocatrice des thèmes de Camille Saint-Saëns, la noirceur des écrits du Comte de Lautréamont, le surréalisme de Jérôme Bosch, les concepts de Lars von Trier, les personnages de Jim Jarmush, la magie des univers de Miyazaki, la folie de Jodorowsky… Je vais m’arrêter là mais c’est difficile car j’adore faire des listes et étaler ma culture pour faire de bonnes tartines.
Mes poneys de mers hériteront d’images, de rythmes et de mots…

Est-ce que les hippocampes s’entendent bien avec les homards ?

Les hippocampes n’ont pas d’ennemis dans le monde sous-marin. D’ailleurs je connais bien Sébastien et Ariel.

T’a-t-on souvent houspillé dans le milieu du hip-hop et du slam ?

Je crois être le seul rappeur-slameur sous-marin, ceux qui ont peur de la différence sont souvent déstabilisés mais restent courtois. Il y a bien eu quelques remarques désobligeantes sur des forums mais il en faut plus pour faire rougir un dindon. Et puis, on n’est jamais mieux houspillé que par soi-même.

Lire : Clak your hands
Voir : Les 10 épisodes de “Vidéo Rap”
Écouter : Vaccin contre l’automne” / “La Secte Phonétik
Trouver : Hippocampe fou sur facebook et sur myspace

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire