La Rolls des festivals

01/09/07 par  |  publié dans : Musique | Tags :

Bienvenue au parc Saint Cloud ou plutôt “sans cloud” (blague bilingue de mon pote Jarvis Cocker), dans la région Ile de France, où pendant trois jours se sont succédés de grands artistes tous animés par la même envie : nous faire plaisir.

Rock en Seine a l’avantage de pouvoir satisfaire un public très large : une programmation hétéroclite, un espace magnifique, un prix qui promet monts et merveilles pour la logistique, une débauche de stands bouffe tous plus originaux les uns que les autres (corse, antillais, espagnol, savoyard…) et de la boue, de la vraie, ainsi que des douches à l’eau toujours froide pour les puristes !

Voici donc un petit compte rendu de ces trois jours passés la tête en l’air, les yeux et les oreilles grands ouverts ; article volontairement incomplet : à vous de nous raconter votre festival !

Moment le plus sexxxy : Rock & Roll

Oh oui oh oui ! Tu es beau dans ton slim !!!

Allez… passons aux choses sérieuses maintenant, parlons musique !

Moment le plus pro : the Hives

Ils arrivent sur scène avec leur beau et habituel costume noir et blanc, s’installent rapidement et un, deux, trois, quatre ! Le spectacle est lancé ! Le chanteur est une vraie bête de scène : il saute partout, grimpe à la moindre tourelle métallique, serre les mains et surtout… parle avec son public. Parler il aime ça, se jeter des fleurs aussi, mais en anglais, bizarrement, ça passe et fait sourire. Après tout c’est peut-être ça “la magie des Hives”. Ils enchaînent leurs morceaux (sans se contenter de les aligner) avec brio et efficacité, mêlant les incontournables “Walk, Idiot, Walk” ou “Hate to say I told you so”. Excellent concert pour moi !

Moment le plus attendu : Arcade Fire

C’est pour eux que je suis venue à Rock en Seine avant tout, depuis deux ans je n’ai d’yeux que pour eux et je n’ai pas été déçue ! Ce fut tout simplement un grand moment, ceux-là n’ont pas besoin d’en faire des tonnes. J’avais les yeux et les oreilles grands ouverts pour ne perdre aucune miette du spectacle que nous ont offert ces dix musiciens touche à tout. Sur scène, guitares et batterie certes, mais aussi violon, accordéon, cor, vielle et j’en passe ! Cette formation québécoise nous a tous réjouis en jouant leurs meilleurs morceaux de Funeral et de Neon Bible, en réarrangeant souvent les orchestrations. Une pure merveille.

Moment de la révélation : M.I.A.

Au moment de Rock en Seine, M.I.A. était mon artiste Myspace du moment, celle que j’écoutais en boucle. J’avais donc hâte de la voir d’un peu plus près malgré les mauvais échos que j’avais eu d’elle en live. Et bien cette jeune londonienne ne fait certes pas tout le boulot toute seule, mais elle dégage sur scène une énergie incroyable et a eu vite fait de faire bouger le public au son de sa musique électro. Sa tenue y était peut-être pour quelque chose…

Moment le plus onirique : Émilie Simon

Une fée est venue rendre visite au domaine de St Cloud. La belle Émilie Simon a envouté son public d’un seul accord, sa capacité à cueillir chaque membre de son auditoire est impressionnante. Elle est belle, douée, charismatique et sait s’entourer de pointures pour l’accompagner dans ses trouvailles musicales. Une perle rare.

Moment le plus (d)étonnant : PuppetMastaz

Ce groupe de rap allemand ressemble à une blague. Imaginez une scène avec dessus une sorte d’estrade géante et encore au dessus une bande de marionnettes qui manient le micro avec une dextérité impressionnante, vous y croyez ? Vous devriez, car voilà le concept de ce groupe, pas d’humain visible, juste ces “charmantes” peluches pour vous faire danser et rire. Le tube de l’été ? “Bigger the better”, bah ouais ça reste du rap !

Moment le plus déjanté : CSS

Voilà mon cheval de bataille depuis quatre mois : je veux à tout prix CSSiser la planète, car ce groupe presque exclusivement féminin de rock-punk électro venu du Brésil le vaut bien. Une ambiance électrique de folie, des morceaux aux mélodies imparables et aux textes savoureux (“Meeting Paris Hilton”, “Music is my hot sex”, “Let’s make love and listen Death from Above”…), et une chanteuse à l’énergie débordante. Les CSS (“Cansei de ser sexy” dans le texte, soit “Fatiguée d’être sexy”) ont enflammé un public averti et enchanté. On en redemande encore !

Moment du festival de la blague : Jarvis Cocker

Voilà un de mes petits chouchous du festival. Je ne connaissais que de nom ce monsieur, ex-membre du groupe Pulp, et il m’a réellement conquise avec sa voix de crooner, ses grands yeux et sa gestuelle, inimitable et incomparable. C’est bien simple, il semble danser le jerk à longueur de temps ! Si on ajoute à ça un vrai talent de comique avec des petites histoires qui font mouche à chaque fois, vous obtenez un des concerts les plus réjouissants du festival.

Moment le plus rock’n’roll : Kings of Leon

Attention, voilà des barbus aux guitares acérées, aux riffs lancinants et à la voix écorchée. Ici c’est du lourd qu’on se le dise ! Dans le public les têtes remuent d’avant en arrière, les gobelets remplis de bière volent un peu partout, des tongs les rejoignent par la suite et les plus excités se roulent dans la boue. Le rock c’est une histoire de mecs et ça rigole pas ! Côté scène, leur pêche et leur bonheur d’être là se voient tout de suite mais la musique manque un peu d’originalité, il faut bien l’avouer.

Moment de la plus belle découverte : Bat for Lashes

Élément tout à fait inconnu à ma culture musicale avant le festival, les Bat for Lashes m’ont fait l’effet de véritables ovnis en arrivant sur scène. Clochettes, tambourins, bâtons, “table de travail” électronique et voix à la Bjork… Bienvenue dans le monde de l’étrange et de la féérie. Et à 14 h 00, les Bat for Lashes ont bel et bien réussi ce coup de maître que de nous emmener dans un monde qui n’appartient qu’à elles, fait de nuits, de pleine lune et d’étranges créatures. Elles ont conquis tout le monde d’un seul battement de cil…

M’ont également beaucoup plu, émue ou fait danser : Les Cold War Kids (qui ont remplacé au pied levé Amy Winehouse), les Devotchka (auteurs de la BO de “Little Miss Sunshine”), les Jesus and Mary Chain, les Shins, Erik Truffaz, Terry Poison, Just Jack.

Mes petites déceptions : au niveau des concerts, j’ai eu l’occasion d’être déçue par deux mythes. Tout d’abord les Rita Mitsouko qui malgré l’énergie de Catherine Ringer et des anciens tubes comme “Marcia Baila” ne m’ont pas convaincue. Les nouvelles chansons m’ont paru plates et associables à de la petite variétoche franchouillarde.
Ensuite les Fratellis, célèbres sur nos ondes cette année, qui n’ont été capables de nous servir qu’une pop gentillette (pour ne pas dire niaise) avec un certain manque de conviction.
Maintenant je sens que je vais faire des mécontents, des vrais, je n’ai pas du tout aimé le concert de Bjork. Je vous entends me dire que je suis complétement passée à côté, que je ne comprends pas la poésie de la Dame… Cependant j’ai eu l’impression d’assister à un son et lumières de Jean Michel Jarre, froid et sans âme. Les rythmes étaient toujours les mêmes et il n’y avait rien d’hypnotique là-dedans à mes yeux. Le final, juste, a été un grand moment, transformant la grande scène de St Cloud en rave sur “Declare Independence”.

Ces trois jours ont donc été supers et sont passés à une vitesse incroyable. Rock en Seine bénéficie d’une programmation exceptionnelle et de moyens tout aussi grandioses mais le festivalier en paye le prix. Il faut bien l’avouer 98€ le pass’ trois jours, ça fait un peu cher, rajoutez 15€ de camping, plus les repas du midi et du soir (sur place comptez minimum 5€), plus les “liquides”… L’addition se fait assez salée. Rock en Seine fait donc un peu office de festival pour privilégiés et ça se voit niveau fréquentation, avec un auditoire un peu trop policé et “mou”. Cependant je ne regrette évidemment rien, mais ça je pense que vous l’aviez deviné. Alors, à l’année prochaine ?
photos de Robert Gil http://www.photosconcerts.com

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Pas de commentaire

    Sab  | 01/09/07 à 11 h 25 min

  • Elles déchirent, les photos
    Sinon je crois bien qu’une diffusion est prévue à la télé ce mois-ci.

  • rom1  | 03/09/07 à 9 h 31 min

  • Arte Summer Tour en “direct” de Rock en Seine vendredi 7 septembre à 22h30 pour une grande retrospective sur ce festival ;)

  • nath  | 03/09/07 à 11 h 57 min

  • Juste un merci pour ce compte rendu :)

  • zuzu  | 18/09/07 à 20 h 46 min

  • étonnant ce festival

Laisser un commentaire