Le monde de Lisa

31/01/17 par  |  publié dans : A la une, Concerts, Musique | Tags : , , ,

Lisa Simone

Tout le monde sait que Lisa Simone est la fille de Nina Simone. Marcher dans les pas de sa mère qui est une légende internationale ne va pas de soi. Elle le pose d’emblée : « vous savez de qui je suis la fille ?  Vous êtes sur ? Moi aussi ! ».
Pour autant, elle n’est ni le clone de sa mère, ni sa réincarnation, elle est elle même. Il y avait Nina, il y a Lisa.
Fine, gracieuse, bondissante, la scène la transfigure. Puis elle fait tout le tour de la salle, serrant des mains, embrassant des femmes ou des enfants, en vous regardant droit dans les yeux, tout en continuant de chanter. Elle s’adresse au public et dialogue avec lui, parle de sa maison tout près de Martigues, à Carry, qu’elle a vu la première fois pour les obsèques de sa mère et qui est devenu sienne, sa base, son refuge, après qu’elle ait pu jouer sur le piano de Nina pour lui composer une chanson d’amour, qu’elle interprète.
Elle s’assoie au bord de la scène pour une chanson qui appelle un monde plus fraternel « Je sais, nous avons eu une élection dans mon pays, mais rêvons quand même ».
Entre hommage vibrant à sa mère et reprise très personnelle de Suzanne de Léonard Cohen, entre soul blues et jazz, elle occupe toute la scène. Sa voix est profonde, elle peut se faire velours, intimiste, ou enfler jusqu’à rendre la sonorisation inutile. Elle pourrait chanter dans une chapelle a capella, et c’est à peine pléonasme. Il y a de la lionne du rock dans ses emportements, Tina Turner a là une filiation symbolique.

Lisa Simone
Sur scène, elle est accompagnée par le guitariste compositeur et arrangeur Hervé Samb, qui a créé avec elle le premier album de Lisa « All is well », tout est bien, qui tire d’une guitare folk aussi bien du blues que des déchirements hendrixiens, Reggie Washintgton à la basse, qu’il abandonne de temps en temps pour un violoncelle, et Sonny Troupé aux percussions, endiablé dans un solo d’anthologie. Quatre vingt dix minutes sont passées avant que vous n’ayez le temps de le croire, pour un grand moment d’émotion et de musique. On peut espérer, la proximité aidant, la revoir bientôt dans notre région.
Apparue on ne sait d’où en 2014, Lisa Simone a rejoint les plus grands.

Jean Barak

Lisa Simone

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire