L’électro-chanson de Zine Team

01/03/08 par  |  publié dans : Artistes, Musique | Tags :

Zine, 29 ans, sorte d’Amélie Poulain relookée manga (elle porte une perruque violette à couettes) écume les scènes de France et de Navarre en se faisant accompagner par Laqm, compositeur électro, et Miss Wata, danseuse funambule. Résultat : leur musique évoque les ballades autour de feux de camps.

Attention, pas des feux de camps de vacances animés par de jeunes boutonneux à barbichette et guitare, brâmant Santiano pour épater les filles, non. Mais plutôt de ceux qu’on trouve en free-party au petit matin, des feux partagés avec des jongleurs, des acrobates, des inconnus quand, ivre de son, on fait une pause au calme, loin des rythmes psychédéliques. C’est tour à tour rigolo ou langoureux, c’est dansant et chantant, souvent engagé sans être prise de tête, limite surréaliste.

Qu’elle égratigne les mâles au détour de Le prince charmant, qu’elle s’inspire d’un dialogue de Plus belle la vie pour Le regard fourbe, reprenne Renaud ou dénonce la situation des sans-papiers, Zine balance une chanson française revivifiée, avec un parfait équilibre entre bluette intimiste et énergie foutraque.

Une réussite qui tient aussi en grande partie au dj de la team, Laqm, Les Arbres Qui Marchent (!) dont le son ambiant électro achève d’éloigner le Zine Team Project des productions saoulantes à la Delerm and Co tout en donnant au concept son parfum “free”. Ceux qui croiseront le Zine Team sur scène, principalement dans le sud est, verront aussi le duo s’articuler avec le concours de Miss Wata, le troisième larron, danseuse, qui interprète à sa manière le langage proposé par Zine et Laqm.

L’univers de Zine Team project se précise dans le débit à la mitrailleuse de la leadeuse Zine. « A 20 ans j’étais sportive de haut niveau tout en étant diplômée d’un deug de bio », raconte la miss. « Mais j’avais envie d’autre chose. J’avais un côté artiste, porté sur la musique, les textes. Un côté que mes parents, instituteurs tous les deux, n’acceptaient pas trop. Et moi j’avais l’impression qu’on pouvait tout faire dans la vie… alors avec toute la naïveté qu’on peut avoir à 20 ans, j’ai pris la route ».

Deux ans de bohème à la Kerouac, durant lesquels elle a survécu en jouant de la guitare, par les rencontres, les boulots saisonniers, l’aide du Secours Catholique, aussi. De Grenoble à la Pologne, en passant par Montpellier ou la Suisse. « C’est comme ça que j’ai appris la musique, les langues, les gens ». Une école de la rue quand la majeure partie de sa génération a suivi l’école d’internet… cela donne un curieux mélange chez une chanteuse qui se définit à mi-chemin entre la performer et la protest singer (Tracy Chapman, Ani di Franco pour ne citer qu’elles) : « ma musique plaît autant aux bobos qu’aux marginaux », avoue-t-elle sans gêne aucune. Il faut dire qu’un refrain comme « « Aujourd’hui, mon coiffeur est en prison, voilà pourquoi je suis coiffée de cette façon » par exemple, sur fond de Hit the road, Jack version électro, ça tue tout, non ? L’année dernière, Zine a même passé le casting de la Star Ac’. On manque s’étrangler. « Je précise que c’est eux qui m’ont contactée, hein, ils disaient qu’ils recherchaient de vrais créateurs. Quand on voit comment on galère, en auto-production, quand le Festival de Bourges te dit « mmm… on pourrait vous passer mais il faut que vous fassiez plus de dates » … la Star Ac ils ont des pointures, c’était l’endroit rêvé pour faire passer mes cartes de visite ».

Aujourd’hui revenue de ses errances, et après moult aventures musicales, Zine, jeune maman et institutrice, s’est posée avec le Zine Team Project pour un show planant, rigolo et touchant, en attente de rassembler assez d’argent pour pouvoir sortir un album (autoproduit, donc).

Marre des artistes à la con défendus à longueur de pub télé ? Allez faire un tour sur le Myspace de Zine Team Project.

http://www.myspace.com/zinechansons
http://www.zine.fr

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire