Miossec

30/03/17 par  |  publié dans : A la une, Chanson française, Concerts, Musique | Tags : , ,

Christophe Miossec au Merlan

Miossec n’a pas toujours été un représentant reconnu du rock et de la nouvelle vague de la chanson française, il a étudié l’histoire jusqu’au DESS, travaillé dans la presse écrite et la publicité, et à la radio. En 1980 il est guitariste du groupe « Printemps Noir », a vécu à Bruxelles jusqu’en 2007, année où il est revenu sur sa terre natale, la Bretagne.

 

 

C’est lors d’une soirée d’hommage à un ami disparu prématurément qu’il rencontre ses premiers acolytes, avec qui il va enchaîner les tournées et les disques. Les titres sont à eux seuls tout un programme, « Boire », « Baiser », « A prendre » qui lui apporte la consécration, « Brûle », « Grandir » pour son fils Théo, « L’étreinte », « Chansons ordinaires », « Ici bas ici même » ou « mammifère ». Plutôt rare dans le Sud on l’a vu en 2009 à Martigues en duo avec Yann Tiersen, il est auteur compositeur interprète et a écrit pour Axelle Red et Johnny Halliday.

 

 

Son univers est sombre et nostalgique, ses textes tournent autour de la famille, rester ou partir, les amis perdus, il entre dans un âge « où ça tombe beaucoup autour de moi », vieillir, la difficulté de vivre, la difficulté d’aimer. Comme un grimace du sort après « Boire » il est atteint d’une « maladie orpheline » qui lui interdit de boire sous peine des pires souffrances articulaires, voire et même la mort.

C’est au Merlan dans le cadre du Festival de la Chanson Française, avec la belle Mirabelle Gilis qui enflamme la musique avec son violon et sa mandoline, entre folk et tzigane, de Léander Lyons à l’orgue et à la guitare, et de Johan Riche, à l’accordéon et au chant.

 

Un moment d’intense émotion

Jean Barak

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire