Mus’iterranée

17/10/19 par  |  publié dans : A la une, Concerts, Musique, Scènes | Tags : , , ,

Le Festival Mus’iterranée fête ses dix ans avec Marina Heredia, à l’auditorium du Conservatoire Darius Milhaud

Marina Heredia y Jose Quevedo

Née à Grenade, Marina Heredia est une grande dame du Flamenco. Petite fille d’une chanteuse matriarche tzigane, “La Roquina” et fille de Jaime Heredia, “Le Parron” également chanteur, elle enregistre son premier disque à 13 ans. Elle est accompagnée par Jose queveda “Bolita”, virtuose de la guitare classique et flamenca. Accompagnée par Anabel Rivera et Victor Carrasco au chant et aux palmas, il ne manquait qu’une danseuse pour que le tableau fut absolument parfait. Sa voix chaude, vibrante, sa furia latina à la recherche du duende vous emporte. Elle tonne, gémit, s’ensauvage puis sourit.

Une soirée mémorable qui sera suivi par les rythmes afro-cubains de Ruben Paz le 17 octobre, à l’amphithéâtre de la Verrière, à la cité du livre, puis du violoniste Yardani Torres Maiani, le 18 octobre. Et enfin une création de flamenco le 19, “Calor Flamenca” du danseur Kuki Santiago, accompagné de ses trois cousins Santiago ainsi que Cristo Cortes y Antonio Rodriguez au chant . Une soiré caliente!

Kuki Santiago est un danseur d’exception, il allie une virtuosité sans faille à une vitesse d’exécution hallucinante. Le zapateado n’a rien à envier aux claquettes américaines, la furia latina en sus. Certes le spectacle manque de robes gitanes et de mujeres poderosas, mais le flamenco est aussi une affaire de machos.

Kuki Santiago

Remarquable.

Jean Barak

Renseignements Magali Villeret 06 09 31 81 39

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire