Rap contenders : les français battle

18/02/11 par  |  publié dans : Artistes, Musique

En attendant la deuxième édition le 25 février, entretien avec Dony S : organisateur, animateur, clasheur hors pair et éleveur de MC.
Rap Contenders est né d’un constat simple : la plupart des pays possèdent leurs ligues de battles, la France non ! On vous dira qu’en France le hip-hop est mort et enterré – remercions au passage Pierre Bellanger qui a prostitué le mouvement à l’aide de sa radio Skyrock et a fait de cette culture de la variété au rabais. Heureusement, l’équipe du Rap Contenders pense tout le contraire.

Les battles présentées par Dony S et son partenaire Stunner opposent deux adversaires au cours de trois rounds. Placés à un mètre l’un de l’autre, ils doivent s’affronter a capella et sans micro, entourés par la foule. Les participants sont départagés par cinq juges issus du milieu hip-hop, les critères qu’ils prennent en compte vont de la qualité lyrique aux punchlines en passant par la présence scénique. Le point d’honneur est mis à donner une image positive du mouvement. Six battles ont lieu à chaque édition, elles sont diffusées sur Internet quelques semaines plus tard à raison d’une battle par samedi.

Magnéto serge

J’espère qu’il y aura le blindtest avec les deux meufs à la fin!

Euh … peux-tu nous présenter, en attendant qu’elles viennent, ton projet Rap Contenders ? Dis-moi, ce n’est pas uniquement des gars qui se traitent de pédérastes dans un sous sol ?

Rap Contenders est la première ligue de battle a cappella en France. Quand je parle de ligue, il ne faut pas comprendre “tournoi”, on est plus dans des affrontements type “boxe”. D’ici quelques éditions, on aura un combat pour la “ceinture” et un classement et à chaque nouvelle édition, le champion mettra sa ceinture en jeu.

Le maître mot du Rap Contenders est affrontement no limit, il faut juste rester dans le respect de son adversaire. On met l’accent sur le côté hip-hop du truc. Après, j’aimerais qu’il n’y ait pas de rime “pipi caca”, “je t’encule” etc … en tout cas pas trop, le battle rap c’est plus que ça. De même pour les propos discriminants. Mais je suis pour la liberté d’expression à 100 % donc je laisse faire les mecs. Par rapport à ça, je citerai Desproges : “Je répéterai inlassablement qu’il vaut mieux rire d’Auschwitz avec un juif que de jouer au scrabble avec Klaus Barbie.”

J’ai maté les vidéos et je me suis tapé des barres de rire … Comment sont choisis les participants de cette boucherie lyricale ?

Alors pour la première, ça a été un enfer. Pour revenir à la genèse du truc, moi je suis un gros fan de battle rap, je matais Grindtime, Word up, etc. depuis très longtemps. Mais j’avais pas les couilles ou l’envie – ou peut être les deux, voire les trois – de le faire. En vrai, c’est Filigrann (le président de Word up) et Maybe Watson qui m’ont motivé à le faire. Vu que je suis super influençable, je me suis dit “c’est parti !”. Je me suis lancé seul dans le projet en août dernier. J’ai commencé à contacter des rappeurs, plus d’une centaine, j’ai eu que trois mecs qui ont répondu favorablement (Gaiden, Blackapar, Srin Po). Pour le renfort, j’ai contacté Stunner car je savais qu’il connaissait pas mal de petits jeunes (moi je suis un vieux con). Il a ramené Pen, qui est son protégé, et Alpha Wann. Alpha nous a amené Deen, Nekfeu, Eff Gee etc … Les autres se sont greffés par la suite. Pour la première, on voulait des MC’s, des mecs hip-hop, pas des mecs de rue, on voulait pas que ça parte en bagarre directe, là-dessus ça a été une réussite.

Sept mois plus tard et plus de 150 000 clics sur youtube et street live, on a une liste de soixante MC’s qui veulent participer, on a donc créé la draft, pour donner la chance à un maximum de monde de pouvoir faire des battles. On fait une première pré-sélection, sur la qualité du MC et sur ce qu’on capte de son personnage, et ensuite l’écrémage se fait par la draft. Les meilleurs pourront rentrer au Rap Contenders.

Dans les prochaines sélections, les filles seront-elles représentées ?

On aimerait à fond avoir des filles, elles sont bienvenues. Y’a une battle mixte qui pourrait se préparer aux U.S.A d’ailleurs, entre Dizaster et Young gattas. Moi je suis pour les meufs : venez, on vous aime, puis vous pouvez défoncer des mecs gratuitement et ça, c’est que d’l’amour.

Waaah c’est beau… Donc pour le moment, Rap Contenders c’est Paname. Et la province t’y penses ?

J’ai des mecs de Toulon, Bordeaux etc… qui veulent monter sur Paris pour participer. Dans l’idéal, on aimerait monter des ligues Rap Contenders Nord et Sud, des ligues qui bougent (genre Bordeaux, puis Marseille, puis Nice etc …) – si des gens veulent créer des ligues en province, qu’ils me contactent. Mais pour le moment on doit bosser le RC à fond et le rendre meilleur. Si les gens ont aimé la première édition, faut qu’ils se disent que c’était rien, le niveau était pas ouf, il est très très prometteur. Là, l’ensemble des gars ont compris la portée et la force du truc. Ils ont tiré des enseignements de leurs battles et la deuxième va être malade !

On fait passer le message… Pour être franc avec toi je ne suis plus le hip-hop français depuis l’avènement de la radio dite numéro un sur le rap, pourtant j’ai grandi avec la Cliqua, les Refrés, Fabe… Je sens un vent nouveau souffler avec tout ça. C’est très bon, loin des clichés Gangsta, l’egotrip à l’ancienne. Des lyricistes, pas des poseurs…

Déjà merci, c’est un des plus beaux compliments qu’on puisse nous faire. Après, si on peut permettre de donner de l’exposition à ces mecs, c’est merveilleux pour nous. Je crois que le hip-hop n’est pas encore mort en France, y’a encore des mecs très bons, mais ils sont noyés dans la masse de rappeurs de salon.

Concernant la personne qui vous poursuit en justice pour plagiat, tu réponds quoi ?

Cette personne a produit une émission en 2007 sur la locale, avec pour invité Grodash avec des démos de battle à la fin. Battle en improvisation sur beat. On est donc bien loin d’une ligue de battle a cappella et de nos textes écrits.
Je la remercie pour une chose : elle a réussi a unir les ligues du monde entier, les américains du Grindtime, les canadiens du Kotd et ceux du Word up nous ont soutenus et conseillés.
Big up à eux et à elle, en une semaine elle m’a fait connaître au monde .

Le format des trois rounds et une minute de lynchage c’est très difficile, avec la pression, les crews qui jactent à chaque phase violente de leur “chouchou”, dur de tenir les soixante secondes… Peux-tu nous donner tes conseils pour tenir la route, toi futur éleveur de champions ?

La première chose, c’est de rentrer avec l’œil du tigre comme Rocky et Apollo Creed. Tous les gagnants de la première édition étaient sûrs d’eux, regardaient leurs adversaires dans les yeux… C’est pas se la raconter, c’est être motivé. On reproche pas à Tyson de se la péter avant ses combats. Après, faut faire abstraction de la foule, si tes phases sont bonnes, elles feront réagir. Rester concentré, confiant, détruire, déjouer, flipper et redétruire. Faut prendre l’espace. Tu peux avoir du flow, mais si tu bouges pas et que tu emballes pas le public, c’est foutu si t’as un démon devant toi.

Poser ses punchlines aussi, y’a des manières de les construire pour que ce soit percutant. Et surtout, ne pas se prendre pour le meilleur, tu peux le dire mais faut pas le penser sinon là c’est mort.

Le conseil que je donnerais aux mecs qui veulent se lancer c’est de mater les battles mc’s qui sont forts : Grindtime pour commencer, Kotd, Word Up. Regardez vos anciens, apprenez et faites vous votre style. Et surtout, comprenez bien le monde du battle rap ; c’est pas juste des vannes. C’est aussi des flips, de la présence, du jeu de scène et de l’intimidation, et c’est surtout du show. Et checkez un des premiers battles écrits, c’est disponible sur youtube : Percee p vs Lord Finesse en 89 dans le South Bronx.

Donc tu es bientôt une star, hype, pépette, les chaînes câblées vont vouloir de ton projet, fais gaffe… Au pire France 4, vu que France télévision a un sérieux besoin de rafraîchissement… Imagine Cyril Hanouna à tes côtés : pouah mort de rire !

Ouais le côté star ne me fait pas rêver et honnêtement les gens qui veulent vendre ça à la TV, je leur souhaite bonne chance, ils vont avoir toutes les associations au cul. C’est un format live exportable sur le net, rien de plus je pense.
100 000 vues cumulées, tu sais , c’est pas énorme. La ligue des Philippines a des battles à plus de 1 million de vues. On est des petits joueurs encore.

Prometteur en tout cas. Pour terminer, ben comme tu vois il n’y a pas les filles pour le blind test … donc salut !

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire