Report FiMé 2013 : Souriez, vous êtes FiMé ! [3/3]

18/11/13 par  |  publié dans : Concerts, Musique | Tags : , ,

Méliès 1

Après huit années à explorer le cinéma muet, le FiMé s’intéresse « enfin » à son genre de prédilection : la comédie. Car à l’origine, le cinéma n’était qu’une attraction foraine, à destination d’un public populaire, amateur de farces et de loufoqueries, et ce, au grand dam des Frères Lumière qui voyaient dans le cinématographe un formidable outil scientifique. En marge de ces innombrables films bon marché, basés sur les mêmes procédés comiques souvent pitoyables (coup de pied aux fesses, peau de banane etc.), certains ont dès le début réussi à imprimer leur propre style…

Jour #7 : Georges Méliès en met plein les yeux

Le premier d’entre eux n’est autre que le français Georges Méliès, connu comme l’inventeur des trucages au cinéma et reconnu pour son génie créatif. C’est à cet as de la débrouille que le ciné-concert du Théâtre Liberté de Toulon rend hommage. Les placeuses habillées en créatures de Paradis ajoutent à l’atmosphère magique de la soirée qui s’annonce. Le spectacle « En plein dans l’œil » (référence à la célèbre image de la fusée plantée dans l’œil de la lune du Voyage dans la lune) fait revivre cet acteur-réalisateur-magicien qui a su divertir avec grande classe, le temps de nombreux extraits et courts-métrages visionnaires et ludiques (Le royaume des Fées, Le cauchemar, Un homme de tête, Nouvelles luttes extravagantes, La visite sous-marine du Maine ou encore Voyage à travers l’impossible). L’illusion est presque parfaite lorsque le public, bluffé par les tours du prestidigitateur disparu, l’applaudissent comme s’il était effectivement devant nous sur scène.

L’accompagnement musical quant à lui, ressuscite avec brio les pépites cinématographiques (récemment restaurées) de cet amuseur génial et populaire. Les légendaires effets visuels trouvent un bel écho dans le travail minutieux d’effets sonores de la compagnie Alcoléa & Cie. Les compositions de Jean François Alcoléa, François Luçon et Xavier Fernique mélangent claviers, percussions et instruments singuliers (piano à pouce, boite à musique, scie musicale, gong géant ou autre cagette improvisée) pour une création originale, quelque part entre illustration sonore et mélodies féeriques.

Jour #8 : C’est moi Laurel, c’est toi Hardy…

C’est dans le pittoresque village d’ Ollioules que les joyeux lurons Laurel & Hardy clôturent une semaine riche en humour. Le ciné-concert a eu tant de succès qu’une séance a été ajoutée, rapidement complète elle aussi. On connaît bien le célèbre tandem comique, leur chanson et leur dialogues irrésistibles, mais les deux amis acteurs ont débuté dans le muet et ont fait ensemble pas moins d’une cinquantaine de films en deux ans. A travers trois d’entre eux, on découvre alors avec délectation un Hardy travesti portant à merveille la robe et la perruque, un Laurel héritier à l’alcool heureux et la complicité taquine d’un duo de musiciens guignols et ratés qui finissent défroqués.

Le duo de pianistes qui les accompagne en direct, lui, est loin d’être mauvais. Venant du classique (pour Amandine Habib) et du jazz (Robert Rossignol), les deux musiciens créent une rencontre intéressante, confrontant deux approches différentes, qu’ils nomment eux-même leur « salade de bras ». On retrouve des airs connus (le Danube bleu, le thème de Carmen, une Gnossienne de Satie) conjugués à de l’improvisation jazzy. En bonus, le duo sort de derrière la scène un mini piano rose en jouet pour nous interpréter un extrait de leur nouveau spectacle puis le célèbre duo des Marx Brothers dans le magasin de pianos. Très attrayante pour le jeune public, cette date clôt en beauté la thématique du festival, portée par les rires des enfants nombreux dans la salle. En ces temps troublés et troublants de morosité, ça fait vraiment du bien.

Le pari du FiMé est remporté haut la main car au final tout le monde s’amuse : ces acteurs familiers en noir et blancs sur l’écran, les musiciens invités jouant en direct et les spectateurs qui regardent. Et oui, comme le dit un célèbre dicton : « Il n’y a pas de Fimé sans jeu ! »

Alors à l’année prochaine, pour les 10 ans !

En savoir plus : www.fimefestival.fr
Plus de photos sur notre page facebook : https://www.facebook.com/Envrak

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire