Rinçage plus : double dose pour Ariel

10/09/10 par  |  publié dans : Musique | Tags :

Uffie : Sex Dreams and Denim Jeans (Ed Banger/Because)

Parait que ce disque était énormément attendu… Ah bon? Par qui ?… Les mioches boutonneux tout de fluo vêtus, écoutant la french touch 2.0, adeptes d’un revival eighties (alors que ces mêmes mioches n’étaient pas nés à cette foutue période) ? Enfin, des piges pour pondre un gosse, déjà… Et un skeud qui ne fera pas date.

Pharell a beau être de la partie, rien n’y fait. Sous ce déluge de pop (the glock), d’électrodance-putassière-hype-hop et d’Auto(célébration) Tune, on s’ennuie ferme. Mis-à-part le gros single Mc’s can kiss, produit par Mr oizo, la gamine trop branchée et son équipe (Feadz, Mirwais…) déçoivent. Ils feront se trémousser, sur le “dance flouse”, les moutards et les journalistes spé (inrock,Tsugi et gloubiboulga), mais les autres passeront leur chemin.

Mike Patton : Mondo Cane (Ipecac Recordings)

Le crooner gominé au sourire “ultrabright-cannibal” est de retour. Vers le futur… ou plutôt le passé, au vu du choix des reprises pour cet album. Les années soixante italiennes et ses standards sont dépoussiérés par l’organe du Général et l’orchestration (enregistrée en live piano, mandoline, violons, triangle, etc…)

Ne pensez nullement que le cerveau cramé de ce virtuose des expérimentations en tout genre a mis son penchant bruitiste et cinglé au placard. Sur ce projet, on passe de déferlements, cris, et autres aboiements (la marque Patton déposée), au son salé-sucré d’une voix des plus explosives de la musique contemporaine.

Sleigh Bells : Treats (mom & pop music)

Brooklyn , quartier de New York dans l’ouest de Long Island, séparé de Manhattan par… SATURATIOooooon… son crade et refrain entêtant vont vriller vos tympans d’ici peu. Et oui, les N.M.E et autres “couveuses de star d’un mois” vont chier des paragraphes et des “oui c’est trop chantmé! et darladiladada” sur ce duo boy and girl sympathique, mais pas bandant (enfin la chanteuse l’est un peu hiiii ).

Ce bordel, saturé de refrains catchy et de miévreries “rn’biésques” aux samples groovy (Funkadelic en tête ), partouze sur des mélodies Pop. Sincèrement c’est cool, comme les pom pom girls sur la pochette. Spike Jonze et M.I.A veulent “sonner les grelots” (“sleigh bells” in french )… Et vous, serez-vous prêt à succomber au nouveau” Ting Tings” du mois ?

Darwin Deez : Darwin Deez (lucky Number)

Un zeste de talent, un seul micro à portée de mains, et un pc au disque dur blindé de samples et de rythmiques = un artiste est né ! Darwin Deez confectionne, dans sa chambre d’adolescent attardé, des bouts de bonheur qui s’envolent dans l’atmosphère comme des bulles de savons. On imagine bien sûr le papier peint des posters de Nirvana et Weezer punaisés. Des premiers, il a la dégaine grunge. Des seconds, il a le sens de l’accroche power pop.

Autodidacte, ce fils de hippie biberonné au rock grunge lo fi et à l’electro, bricole sa musique et ses vidéos avec brio et une nonchalance communicative. Applause!

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire