Tryo a la main verte

01/04/10 par  |  publié dans : Artistes, Musique | Tags :

Inutile de revenir ici sur leur dernier album qui est… disons… bref, ou sur leur évolution artistique qui est… vous aurez compris. Ce qui nous fait parler de Tryo aujourd’hui est leur démarche originale et concrète pour réduire leur impact sur la planète, à une échelle toute relative, certes, mais l’initiative mérite d’être soulignée. De l’album à la tournée, le groupe a décidé de lancer un hymne à la campagne et de ne pas trop lui faire de mal.

Ça commence souvent par…
Un bilan carbone. Tout simplement. Le bilan carbone est vite devenu la coqueluche des médias: on se souvient de l’évaluation carbonesque du JT de TF1 pendant le sommet de Copenhague par exemple. Le bilan carbone a ceci de joli que son taux, facilement élevé, a un pouvoir anxiogène et culpabilisant certain. Néanmoins cet indicateur est un bon point de départ pour voir où le bat blesse. Le groupe a donc fait son petit bilan carbone de la tournée 2008. Il est d’ailleurs disponible sur leur site officiel, format PDF s’il vous plaît, dans la rubrique “Espace vert”. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ont bien fait les choses, tout y est détaillé avec le plus de précisions possible. Ils se sont bien sûr fait aider un chouilla par un bureau d’études et de conseil en écologie. Du transport aux affiches, en passant par les assiettes en carton ou le déplacement des fans, l’évaluation de l’émission éventuelle de CO2 est pointilleuse. Il en résulte bien sûr un bon score pour Tryo, puisque le groupe a sciemment fait attention, mais certains résultats sont assez inattendus.

Chemises en coton bio certifiées

Et la palme du mauvais élève revient à…
Toi le fan ! Et si… Sur l’ensemble de la tournée 2008, Tryo est “coupable” de l’émission de 14 tonnes de CO2 liée à la logistique du groupe, alors que le déplacement des visiteurs en a généré 120. Ça fait réfléchir… Aussi les quatre compères encouragent-ils le covoiturage sur leur site, ça risque de ne pas changer grand chose mais l’idée est là.
Une enquête similaire a été réalisée auprès de plusieurs groupes, le rapport en retient deux, et le résultat est une fois encore surprenant. A votre avis, qui est le plus gros pollueur : Radiohead ou les Cowboys Fringants ? En plein dans le mille… Les Cowboys sont au top niveau avec 46 tonnes pour la logistique du groupe et 858 tonnes en déplacement de spectateurs contre respectivement 86 et 406 tonnes pour le groupe Tom Yorkien. Il y a un piège ? Oui… désolée, la tournée des Cowboys Fringants a duré 3 ans. Si on ne peut plus rigoler un peu maintenant…

Pour revenir à Tryo, force graphiques nous informent que les transports de l’équipe et du matériel sont les points faibles (à deux, ils font plus de la moitié du camembert). Sont également évalués les dispositifs des salles (éclairages, possibilité du tri sélectif sur place…), les trajets d’une ville à l’autre et même si les emballages des produits consommés sont individuels ou collectifs… rien n’est laissé au hasard on vous dit !

Poubelles de “Tryage”

Mais tout ça, ça sert à quoi ?
A rationaliser le tout bien sûr, et puis trouver de chouettes solutions pour émettre moins. Quoi par exemple ? Facile. Le coup d’inciter au covoiturage, vous vous souvenez ? Ça passe par une création de plateforme web pour que les candidats puissent se rencontrer sur internet, l’aménagement de points de regroupement sur les lieux de concert… Ils ne sont pas à cours d’idées.
Ensuite, puisque le déplacement des spectateurs est l’élément le plus problématique, inciter via le site internet à utiliser les transports collectifs quand c’est possible, et mettre en place des navettes pour les plus petites villes. Ça n’a l’air de rien mais la démarche a porté ses fruits puisque, selon les estimations réalisées, l’économie de près de 8,5 tonnes de CO2 a été constatée.

Quant à la logistique du groupe, une rationalisation du parcours de la tournée à été pensée, histoire de ne pas faire un concert à Marseille le vendredi, à Lille le samedi et Nantes le dimanche… J’en vois qui rigolent mais certaines aberrations sont malheureusement monnaie courante. Et ça n’est pas tout. Favoriser les piles rechargeables plutôt que les piles jetables, réduction du nombre d’affiches promotionnelles, utilisation de gobelets réutilisables, consommation de fruits de saison… Même résultat valorisant pour le groupe qui n’a visiblement pas ménagé sa peine pour réduire considérablement ses émissions nocives.

Voilà donc une initiative heureuse qui peut paraître n’être qu’un Grain de sable (non je n’ai pas pu m’en empêcher) à certains mais les résultats sont probants, n’ont pas l’air d’être forcément très coûteux et surtout ont un réel non-effet sur notre jolie planète, ce qui est, après tout, une excellente nouvelle. Alors, à qui le tour ?
http://www.tryo.com/covoiturage/

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire