Un caravansérail à Marseille

21/06/18 par  |  publié dans : A la une, Concerts, Festival, Musique, Scènes | Tags : , , , ,

Sibongile Mbambo était sans conteste l’événement de ce Caravansérail, la belle chanteuse sud africaine marche dans les pas de son aînée mythique,  Myriam Makéba. Elle chante en xhosa, cette étrange langage à l’inimitable click song. Marseille a de la chance: c’est là qu’elle a choisi de poser ses valises, assurément nous la reverrons.

Foundouk

Le foundouk ou caravansérail est la grande place fermée entourée de chambres où les caravanes de passage prennent un repos provisoire, à l’abri des prédateurs, avant de poursuivre leur longue route. Il peut prendre des allures de forteresses ou de palais, celui de Marseille ressemble plutôt à un théâtre antique. Pour la deuxième année, la Cité de la Musique hors les murs accueillait au Théâtre Sylvain les musiques du monde pour deux belles soirées.

Peu après la mise à mort de “Babelmed” par la Région qui lui a coupé les vivres ainsi qu’à Lacho Divano, c’est d’autant plus précieux. Bien sûr, ce n’est pas -tant s’en faut- la même envergure ni la même ambition, mais il y avait de la place pour tous. On le sait, sans l’aide des pouvoirs publics la culture n’est plus accessible aux gens ordinaires comme la plupart d’entre nous. “Le peuple n’a pas de pain? Qu’ils mangent des brioches…”

 

Pour l’heure, le public marseillais était présent au rendez-vous, dans une atmosphère détendue, familiale et bon enfant. D’ailleurs, les enfant en liberté s’y exprimaient librement, ajoutant un spectacle au spectacle.

 

Méditerranée

On y a savouré le duo de Maria Mazzotta et Bruno Galeone aux chants méditerranéens, entre tarentelle et traditions des Pouilles.

 

l’ensemble Nova Zora

Pour ceux qui ont eu la chance de voir les Kesaj Tchave au Toursky ce mois de mai 2018, la troupe des enfants et adolescents Roms Slovaques de Kezmarok, ce groupe exceptionnel de musique et chants des Balkans paraît presque trop propre et trop sage. La musique, les danses les chants slaves et tziganes ont été ennoblie par les grands noms de la musique classique et y ont perdu leur ferveur, celle de la survie. Ça n’enlève rien à leurs qualités, bien au contraire. De Schubert à  Dvorák en passant par Tchaïkovski, les chants et danses traditionnels sont devenus savants et policés. Ciselé à la perfection.

Fanfaraï, Un big band éclectique mâtiné d’Afrique du Nord, de jazz et de musiques latines a emmené les noctambules tard dans la nuit.

Après Aksak, le duo Luzi Nascimento, la Tit’fanfare et les Dames de la Joliette la veille, C’était ce 16 juin la deuxième et dernière soirée du Festival Caravansérail,  avant 2019. En attendant, il y a pour patienter la programmation de la Cité de la Musique.

Jean Barak

 

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire