Izia, 100 % coton

16/03/10 par  |  publié dans : Artistes, Musique | Tags : ,

Naître avec un nom de scène en guise de prénom, la chance. En baptisant leur fille Izia, ses parents n’ont sans doute pas pensé à la marque que déposerait sous son nom, dix-neuf ans plus tard, la maison de disques AZ.
Car c’est bien à l’émergence d’un produit qu’on assiste depuis plusieurs mois, depuis la sortie au printemps 2009 du premier album éponyme d’Izia, donc, fille de Jacques Higelin et fille du rock. Robe Chanel raccourcie par ses soins aux Victoires de la musique, elle a hurlé « Putain !! » en recevant le trophée du meilleur album rock, signant ainsi l’épisode le plus subversif de la soirée (ex aecquo avec Hugues Aufray et son auto hommage). En chantant, elle saute sur ses très hauts talons, et si elle ne casse pas d’ampli, à l’évidence le corps y est.

Issue de la scène, Izia écrit et compose, sait utiliser son étonnante voix avec intelligence, chantant très fort sans céder au hurlement. Elle ne manque donc pas de talents. Sur l’album, les mélodies débordent d’enthousiasme, de plaisir et d’envie. On la sent sincère dans ses intentions, la jeune Izia, à l’évidence le rock lui arrache véritablement les tripes.

Musique, prénom, look, jusqu’au logo, la panoplie est complète pour qu’éclose une rockeuse de chez nous. Télérama se réjouit, la France a trouvé sa Janis Joplin, en plus on connaît la famille, tout va bien.

Samedi 6 mars, Izia a donc reçu deux Victoires de la musique sur France 2. C’est à peu près à ce moment-là que Petit Bateau a lancé sa nouvelle campagne de pub, dont Izia est l’égérie. Aux photos de la chanteuse en débardeur de coton dans les magazines, s’ajoutent un site Internet, (izia.petit-bateau.fr) et une vidéo, pompeusement qualifiée de « clip ». Plutôt un spot publicitaire à rallonge pour la marque, avec Let me alone en bande-son et la frimousse d’Izia à tous les âges.

Chacun trouve son compte dans l’opération. La marque d’abord, qui grâce à Izia se dote d’une image vaguement rebelle mais aussi saine, familiale et familière qu’avant : A quoi ça sert d’imaginer des T-shirts si on peut pas vibrer et transpirer dedans ? Quant à Izia, elle bénéficie d’un efficace coup de pub, dans la lignée de la communication développée autour d’elle cette dernière année: celle de la gamine mal coiffée tout juste grandie, très créative, au talent bouillonnant. Rock, mais pas marginale… plutôt mainstream, même. 100 % coton. Et Janis, elle en pense quoi ?

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

1 commentaire

    Hugolin  | 25/03/10 à 18 h 21 min

  • Toute la bobocratie se pâme devant elle … si elle n’était pas la fille de nous n’en aurions jamais entendu parler. Non pas que ce qu’elle fait soit mauvais, c’est juste quelconque. Seul problème, le rock c’est ça ou saez à en croire les médias. La peste ou le Choléra.

Laisser un commentaire