[Danse] Le Pavillon Noir dit “Welcome” à Josette Baïz

15/12/14 par  |  publié dans : Danse, Scènes | Tags : , , ,

Baïz Josette

« MADE IN MARSEILLE » AU FEMININ

Josette Baïz avec la Compagnie Grenade a créé en 2013 « Welcome », au Klap de Michel Kéléménis, avec des chorégraphes contemporaines de tous les continents.
Elle sera les 16 17 et 18 décembre au Pavillon Noir à Aix en Provence.

La force de l’âge

 Après un anniversaire entièrement masculin pour ses vingt ans, la compagnie Grenade et Josette Baïz a créé à vingt-trois ans un spectacle composé de pièces courtes, représentatives de l’univers de six femmes chorégraphes. Certaines sont connues du grand public, comme l’ibère fantasque et prolifique Blanca Li, l’Africaine Germaine Acogny qu’on dit « mère de la danse africaine contemporaine », Dominique Hervieux, co-Directrice du C.C.N. de Créteil puis du pôle chorégraphique du Théâtre de Chaillot, ou « émergentes » comme Eun-Me Ahn, inconnue du public marseillais et aixois mais célèbre en Asie du Sud-Est, et la jeune extra-terrestre Sun-A Lee, toutes deux Coréennes.

Une mention spéciale pour Katharina Christl, première danseuse, assistante et chorégraphe au Ballet National de Marseille. Allemande émigrée à Charleroi Danses en Belgique, elle est venue chez nous à la demande de Frédéric Flamand qui ne pouvait plus s’en passer.

Patchwork

Avec sa forme de patchwork, ce spectacle est bien dans le style Grenade, issu du groupe du même nom, aventure de Josette Baïz auprès d’enfants des cités de Marseille Nord qui a perduré jusqu’à aujourd’hui. Manifestement, ce n’est pas près de s’arrêter. Les enfants danseurs d’hier sont devenus professionnels et enseignants, transmettant le principe Grenade: métissage des cultures et des genres, énergie explosive.

Puzzle

A priori, ces univers et ces styles n’ayant aucun rapport entre eux, le risque était de faire un collage sans cohérence ni fil conducteur. Spectacle pour enfant entrecoupé d’une vidéo très « pédagogique » qui a mal vieilli, la pièce en entame de Dominique Hervieux n’échappe pas à ce travers. Heureusement on l’oublie vite, bousculé par l’univers délirant mi « ethno » mi « disco » de Blanca Li, des liaisons subtiles estompent les frontières entre l’Europe l’Afrique et l’Asie.

Un spectacle éclectique et brillant à l’énergie explosive et jubilatoire qui, débarrassé de la vidéo, approchera le sans faute, avec des danseuses et danseurs d’une insolente beauté du diable.
A voir et à revoir pour en mesurer toute la subtile complexité.

Photos Jean Barak
« Le Corbeau et le Renard » Dominique Hervieux, « Pochette Surprise » Blanca Li, « Waxtaan » et « Afro-dites » Germaine et Patrick Acogny, « Get … Done » et « Plexus 10 » Katharina Christl, « Waves » Sun-A Lee, « Let Me Change your Name » Eun-Me Han.

A découvrir au Pavillon Noir du 16 au 18 décembre. Plus d’infos en cliquant ici.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire