Festival “C’est Sud” : Les rues d’Aix en fête

26/05/15 par  |  publié dans : Scènes | Tags : , , ,

Quatorzième édition à Aix-en-Provence   

C'est Sud  

“C’est Sud” est une succession d’évènements de rue offerts au public aixois, de manifestations éclectiques allant du conte à la danse, en passant par le cirque et la musique.
Temps forts de l’édition 2015 qui s’est tenue les 23 et 24 mai derniers :

Samedi 23 mai

CIAM
Précédés par le charivari des élèves du C.I.A.M., suivis par le concert latino endiablé de la Cumbia Chicharra de la Boite à Mus’, les jongleries clownesques de Gandini Juggling étaient l’un des moments forts du samedi, avec « Smashed », hommage théâtralisé et dansant à la chorégraphe Pina Baush. Les sept hommes, avec leurs air guindé, leur complet étriqué, comme les deux femmes avec leur robe noire stricte, ont l’air échappés de la city des années 70.

Gandini Juggling
Tout est au cordeau sur scène, les pommes alignées comme les chaises, mais peu à peu tout se dégrade, les personnages très victoriens se transforment en affreux vieux gamins, la danse glamour en happening délirant, chacun s’évertue à empêcher ses congénères de jongler.
Le présentateur très british est affecté de la version anglaise du syndrome de Gilles de la Tourette: gentleman compassé, il lutte contre le démon qui tente de le posséder en proférant des horreurs.
Ils dévorent les pommes avec lesquelles ils jonglent, cris de dégoût garantis quand l’un d’eux recrache les pommes qu’il a ingurgitées, hurlement quand un autre goûte à la régurgitation.

Gandini Juggling
Une tea party s’organise sur la tête d’un souffre douleur, ils versent à côté de la tasse, tout finit dans une pagaille généralisée avec massacre de la vaisselle de grand-mère.
puis tout reprend à l’identique au milieu des débris, comme si rien ne s’était passé.
C’est délicieusement kitch est politiquement incorrect. Hilarant.

 

La Cumbia Chicharra

La Cumbia Chicharra de la Boite à Mus’

Dimanche 24 mai

Baïz Josette

Le dimanche était l’occasion de voir ou revoir « Guests » de Josette Baïz avec le groupe Grenade: après « Vingt ans » qui réunissait le groupe et la Compagnie Grenade, reprenant des chorégraphies de Découflé, Kéléménis, Maillot, Lagraa, Gallota, Preljocaj et Bel, puis le spectacle des chorégraphes au féminin pour la Compagnie, Josette Baïz est revenue au groupe Grenade en large formation, avec le même concept.
C’est un puzzle d’extraits hétéroclites de pièces savamment bricolés par des liens subtils, soixante cinq minutes ne contiendraient pas les pièces entières, comme un voyage transversal dans la danse contemporaine, depuis le charme suranné du « Désert d’Amour » de Dominique Bagouet transmis par Michel Kéléménis, jusqu’à l’extrême technicité de Wayne McGrégor.

Baïz Josette
Les jeunes danseurs sont aussi à l’aise dans cette reprise néoclassique que dans la frénésie de cette autre pièce menée à une vitesse folle.
Suivis du groupe pop « Husbands » et de « Dafuniks » pour du hip hop soul, le tout se déroulait en haut du Cours Mirabeau, et le temps était au beau.
Le public en redemande.

Photos : Jean Barak

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire