Gandini Juggling

27/09/15 par  |  publié dans : Cirque, Scènes | Tags : , ,

Jours et Nuits de Cirque 2015, les architectures éphémères de Gandini Juggling

Gandini Juggling

 

C’est certes la troisième fois qu’ils sont programmés à Aix en Provence, à « C’est Sud » en 2015 et pour la deuxième fois à Jours et Nuits de Cirque, mais ils peuvent revenir tous les ans, ils joueront encore à guichet fermé. D’autant qu’ils ont trente créations à leur répertoire, ça laisse une belle marge.

C’est dire l’excellence de leurs prestations, rumeur que le bouche à oreille a efficacement relayée.

Le jongle, jonglage ou encore jonglerie, juggling in english, est un art de quatre mille ans, on en trouvait déjà sur les vases étrusques.

C’est toute la difficulté des disciplines du cirque: faire du neuf avec du vieux.

On se souvient de « Smashed », spectacle réglé au millimètre, au rythme de métronome qui arrête le temps jusqu’à craindre l’ennui, puis ses décalages, ses inventions débridées en cascades jusqu’aux dérapages de moins en moins contrôlés. Suivait un final apocalyptique de vaisselle cassée, puis le retour au milieu du chaos de l’ordre du début, comme si rien ne s’était passé.

C’est l’humour anglais, d’une diabolique efficacité.

Gandini Juggling

 

Dans « Ephemeral Architecture » le décalage est dans le principe lui même: croiser sur la même scène un spectacle de danse classique aux danseurs élégants et danseuses accortes avec du jonglage, accompagnés par un quatuor à cordes. C’est plus un entrecroisement qu’un mélange des genres, danseurs et jongleurs utilisant le même espace exigü, un choc des disciplines comme on parle d’un choc des cultures, produisant un spectacle totalement improbable.

Gandini Juggling

 

Les deux univers se croisent ou se mélangent, les jongleurs dansent, les danseurs s’essayent à jongler, l’humour fait le reste. Soudain ils cessent de jouer, apostrophent Sean Gandini leur créateur, les danseurs expliquent leur démarche dans un sabir incompréhensible et les musiciens vent debout se lancent dans une explication de la leur. Tout part en quenouille, même la fin: un jongleur décline les cinq possibilités de finir le spectacle, y compris celle de l’expliquer.

Que ce spectacle bavard et flamboyant ait été récompensé à un festival international de mime n’est pas un mince paradoxe.

Gandini Juggling

 

Absolument hilarant et néanmoins d’une esthétique éblouissante, à voir et revoir sans modération.

Gandini Juggling

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire