Israël colonise le Pavillon Noir

11/04/18 par  |  publié dans : A la une, Danse, Scènes | Tags : , , , ,

La Nouvelle danse israélienne est au Pavillon Noir ce samedi 7 avril 2018

Manifestation

Depuis de nombreuses années le Ballet Preljocaj accueille des compagnies israéliennes.
Comme chaque fois que l’État d’Israël est présent à travers ses artistes ou ses ambassadeurs, parfois douteux, des militants d’associations de soutiens à la cause palestinienne manifestent à l’entrée de la salle, arguant qu’on ne danse pas avec l’apartheid, on le boycotte. Il est exact que cet état confessionnel qui occupe et colonise un territoire conquis par les armes, responsable de millions de réfugiés, est un état théocratique colonial qui intègre un apartheid. On sait que le projet de ce gouvernement est, à terme, d’annexer la totalité de la Palestine, que ses colonies rongent peu à peu comme un cancer. Il est donc fort sain que nous soyons dérangés dans notre confort, chaque fois que cet état fait assaut de séduction à travers ses artiste ou ses ambassadeurs. Somme toutes, c’est tout de même moins inconfortable que la situation des journalistes palestiniens, tirés ces derniers jours -parmi d’autres- comme des lapins, par les snipers de l’armée d’Israël. Facile : ils ont écrit « PRESSE » en gros sur la poitrine.


Toutefois, il n’est pas non plus inutile de rappeler que la plupart des artistes israéliens sont opposés à la politique criminelle d’Israël et ne se privent pas de le dire, à l’instar de Noa -et bien d’autres- qui appellent de leurs vœux un monde pacifié, sans murs de la honte, « où palestiniennes et israéliennes pourraient vivre en harmonie ». Si les citoyens israéliens ont bel et bien élu un gouvernement extrémiste d’ultra-droite et ultra-religieux, une petite lueur d’espoir est maintenue par ces autres israéliens, artistes et intellectuels, qui appellent à une paix juste, avec deux états souverains.

Passe murailles

Ceci posé, les artistes sont des ferments d’avenir, des passe-murailles, ils traversent les frontières, il ferait beau voir que quiconque le leur interdise. La culture n’appartient pas à un état, elle est toujours détestée par les dictatures et les régimes autoritaires, la ministre qui en a la charge à Tel-Aviv menace de supprimer les subventions à tous ceux qui ne font pas allégeance à sa politique.

Danser, envers et contre tout

Le syndrome de la forteresse assiégée est physiquement palpable dans la danse contemporaine israélienne, toujours en tension, douloureuse et violente.
Le duo d’Adi Boutrous sur le thème du double en miroir pourrait bien être la métaphore de la scission de la psyché entre « I, me and myself », ou aussi bien entre frères ennemis Juifs et Arabes, les deux faces du sémitisme. A vous de trancher.
Celui d’Andréa Constanzo Martini, grand prêtre du mouvement Gaga inspiré de Ohad Naharin fondateur de la Batsheva, relève de la même problématique mais joue sur le registre du burlesque et de l’absurde. Avec un physique d’échassier, son grand corps longiligne est agité de mouvements improbables, une gestuelle folle mais néanmoins hilarante, en contrepoint en canon ou à l’amble de son complice Avidan Ben-Glat.
Ella Rothschild a dansé également à la Batsheva. Sa pièce est bavarde, elle discourt de la crise du logement en Israël, et de ceux qui en profitent pour louer à prix d’or des réduits si exigus qu’ils constituent des micro-ghettos intimes, dans ce ghetto d’un type nouveau, un état où se réfugient des populations traumatisées qui s’enferment elles-mêmes et de leur propre gré dans un espace réduit, de plus en plus surpeuplé. Voir plus haut. On ne peut s’empêcher de penser qu’il y a d’autres endroits au monde, dans des pays laïques, où il y a plus d’espace pour tous. (Pas dans la bande de Gaza).

Trois moments de danse originale, un voyage à travers le temps et l’espace. Qu’on aime ou pas, il est juste de les soutenir.

Jean Barak
Post-scriptum : avant de hurler à l’antisémitisme, il n’est pas inutile de préciser que le patronyme ci dessus est originaire il y a peu d’un shtetl de Bessarabie.

 

 

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire