Kaori Ito au Klap, l’amour à la robote

24/01/18 par  |  publié dans : A la une, Danse, Scènes | Tags : , , , ,

“Robot, l’amour éternel” de Kaori Ito au KLAP de Michel Kelemenis

Les Provençaux ont connu la belle Kaori au Ballet Preljocaj, dans « N » et « Quatre saisons », mais elle a également travaillé avec James Thierrée, Alain Platel ou philippe Decouflé. Ou encore au théâtre, avec Denis Podalydès. Elle a elle même créé dix pièces en neuf ans. Prolixe, elle fait partie de notre paysage familier. Pourtant, sa vie a longtemps été faite d’errance, d’hôtels anonymes, de vols internationaux et de rencontres intenses mais brèves sans lendemain, « Merci d’avoir partagé avec moi ce morceau de planète » dit-elle.

Robot est le dernier volet d’un triptyque autobiographique, initié avec son père sculpteur, sur scène, dans « Je danse parce que je me méfie des mots ». Mais elle ne s’y interdit pas pour autant de parler, de questionner, avec une rafale de « pourquoi» ? longtemps retenus. Apaisée, elle nous offre ce troisième volet, où elle questionne la vie, la mort, le temps qui passe et l’invasion insidieuse des nouvelles technologies. L’intelligence artificielle rendra-t-elle l’amour éternel?
Faut-il en avoir peur?

Humour noir

Sur un plateau blanc percé d’ouvertures de taille différentes où elle apparait et disparaît, elle cherche une tombe à sa taille. Elle vient tout juste de donner la vie, « Je t’ai donné la vie, je t’ai donné la mort ». Elle était errante et devient terre pour ce jeune arbre qui a poussé en elle. Kaori Ito nous parle de la vie et de la mort sans pathos. Qu’est-ce que la vie? Comment danse-t-on quand on est mort? C’est loin d’être triste, l’humour est toujours en toile de fond, jusqu’au dernier selfie avant de disparaître. On ne s’étonnera pas que sa danse fut très orientale, proche du Buto dont elle épouse la lenteur. Toutes les propositions de Kaoti Ito sont surprenantes et inspirées, émouvantes, originales et belles.

 

Après le troisième, nous découvrirons le second volet, à Klap en avril : « Embrase-Moi », duo créé avec son compagnon.
Le rendez-vous est pris : ceux qu’elle nous propose sont de ceux qu’on ne veut surtout pas rater.

Photo et commentaire Jean Barak

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire