La Rage de Po Cheng Tsai

21/07/19 par  |  publié dans : A la une, Danse, Festival, Scènes | Tags : , , , ,

Au C.N.D.C. Po-Cheng Tsai a la rage!

Rage de Po Cheng Tsai

Comme tous les ans, la République de Chine (à ne pas confondre avec la République Populaire de Chine) soutient une forte délégation au Festival d’Avignon, avec un succès constant. Théâtre, cirque, opéra traditionnel et danse contemporaine sont les ambassadeurs culturels de la République de Taïwan.

Floating Flowers Po-Cheng Tsai

Nous avons découvert Po-Cheng Tsai en 2017 aux Hivernales avec l’étonnant “Floating Flowers”, spectacle magique accueilli triomphalement. Nous le retrouvons avec bonheur dans ce même lieu dédié à la danse, avec “Rage”, une pièce résolument contemporaine et résolument taïwanaise, adaptée du roman éponyme du japonais Yoshida Shuichi, et inspirée du film qui en est tiré. Une jeune femme est assassinée et abandonnée sur une route de montagne enneigée, l’enquête fait apparaître tous ceux qui l’ont connue ou côtoyée.

Rage

Sans décor aucun, sur une scène obscure et nue, dans une pénombre épaisse, seuls les corps s’affrontent, se nouent et se dénouent. Malaise, cruauté, jeux de pouvoir et affrontements sans merci.

“There is a war between the rich and poor, a war betwen the man and woman. There is a war betwen the ones who say there is a war and the ones who says there is’nt, why dont you come on back to the war it’s just beginning”? chantait Léonard Cohen.

C’est universel. Face aux rapports sociaux antagonistes, partout dans le monde où l’injustice et la sauvagerie règnent en maître, c’est-à-dire partout, la rage est une révolte nécessaire, un exutoire à la souffrance subie. Même si elle se paye toujours au prix fort.

L’apaisement viendra plus tard, dans l’acceptation de l’inéluctable, du karma, le cycle implacable des causes et des conséquences qui forgent toute destinée.

Mais ne jamais se soumettre, ne jamais renoncer.

La pièce de Po Cheng Tsai est acclamée par le public qui reconnait en lui un nouveau maître de la danse contemporaine. Un choc esthétique et émotionnel.

Les hivernales sont déjà achevées, il faudra dorénavant guetter sa diffusion en Région.

Jean Barak

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

1 commentaire

    Dolores Alvez Bruzat  | 22/07/19 à 17 h 11 min

  • Merci mon Jean je les ai vu et je les aime infiniment pour moi c est d une force d une inventivité exceptionnelle je t embrasse fort Dolores

Laisser un commentaire