Le parfum de Gardenia

02/11/10 par  |  publié dans : Danse, Scènes | Tags :

Acclamé par la critique à Avignon, et actuellement en tournée, le spectacle de danse Gardenia n’a pas fini de faire parler de lui. Mais quelle est donc cette fleur au parfum tellement envoûtant qu’elle a réussi à mettre tout le monde d’accord ?

La dernière création du chorégraphe gantois, Alain Platel, fondateur des désormais célèbres Ballets C. de la B., vient enfin rétablir une vérité : non, les filles ne naissent pas dans les roses et les garçons dans les choux. La vie est belle, nous dit-on, mais pas si simple.

Impulsé par Vanessa Van Durme, actrice transsexuelle, qui avait déjà collaboré avec Alain Platel pour la pièce Tous les Indiens et avec Frank Van Laecke pour un solo retraçant le cheminement de son changement de sexe, Regarde maman, je danse, le projet réuni des ami(e)s de la comédienne, travestis retirés de la scène.

Sur un plateau presque vide, ils nous fixent, en costumes d’homme, exposant simplement leur présence : Vanessa Van Durme nous annonce la fermeture du cabaret, celui du film documentaire Yo soy así, qui a inspiré la pièce. Ces hommes et ces deux femmes, dont l’une l’est de naissance, troublante présence féminine, se transforment sous nos yeux. Ce lent processus nous plonge, non sans humour, dans les coulisses et le passé de ces étoiles de la scène. Elles brillent encore mais nous laissent percevoir l’empreinte du temps et des fissures provoquées en elles par la vie.

Et puis il y a ce jeune homme, ce jeune danseur russe, au corps d’éphèbe, étrange créature dans ce cabaret. Sa présence incongrue de prime abord devient naturelle et même indispensable. Incroyable de justesse, il cristallise tout ce que les autres personnages sont, étaient, ressentent, cachent. Il est ami, amant, homo, hétéro, il porte des robes et un costume, à la fois vieux et jeune, passé et présent.

Simple, malgré les costumes à paillettes et les triples couches de maquillage, les perruques et les play-back, on touche à quelque chose de profond avec Gardenia : l’humain ; un parfum qui nous colle à la peau.
Gardenia, par les Ballets C. de la B., en tournée en novembre et décembre à Paris, Annecy, Strasbourg… Toutes les dates sur http://www.lesballetscdela.be

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire