Solstice, Blanca Li lance l’alerte

06/02/18 par  |  publié dans : A la une, Danse, Scènes | Tags : , , ,

 

L’alerte de Blanca Li

“Notre maison brûle et nous regardons ailleurs” s’indignait Jacques Chirac.

Depuis les dernières élections, tout a changé. Les discours lénifiants et les engagements solennels se sont multipliés à titre gracieux. Il y a même un ministre Haddock, ou ad hoc, c’est selon, l’avenir nous le dira, mais il ne peut pas tout faire.

En même temps, pour lutter contre les effets désastreux du réchauffement de la planète et de la montée des eaux, en prévision d’un exode massif des réfugiés climatiques qui s’ajouteront à ceux des guerres et de la misère, les états -dont le nôtre- durcissent les lois contre les réfugiés clandestins, (ceux qui ne sont menacés que de mourir de faim et ne sont persécutés que par la famine et son cortège de maladies). Ils s’entourent de no mans’land barbelés, jugent et condamnent les “humanitaristes” qui donnent le mauvais exemple en leur portant assistance. Ils ne réalisent pas la responsabilité qu’ils prennent en les traitant comme des êtres humains et en leur laissant entrevoir un espoir ténu.

En même temps, courageusement, la France recrute à grand renfort de communication et de publicité cinquante candidats pressentis à l’immigration. Comme ils étaient soixante millions “légitimes” en 2016 et qu’on attend deux cent cinquante millions de réfugiés climatiques en 2050, c’est un bon début, mais modeste. Comme on ne peut pas accueillir toutes les misères du monde, la Méditerranée les déserts et les passeurs se chargeront de la sélection naturelle, ils et elle le font déjà. Quelques utopitres prétendent que le monde doit accueillir toutes les misères du monde qu’il engendre,  parlent de répartitions équitables. Pourquoi pas installer les réfugiés à Disneyland tant qu’ils y sont?

 

 

Blanca Li

En Provence, on connait Blanca Li depuis vingt ans et Danse à Aix, où la Directrice Ginette Escoffier lui avait demandé de remonter sa pièce culte, “Nana et Lila”.

Une berceuse et la nuit. Depuis nous avons vu “Macadam” à Istres, “Le Jardin des Délices” à Montpellier, “Robots” à Montpellier et aux Martigues, et enfin, encore aux Salins et au GTP, “Solstice”, son cri d’alarme sur ce qui menace l’humanité. On sait moins que cette artiste hyper-active et protéiforme est comédienne et réalisatrice de films, qu’après avoir étudié auprès de Martha Graham et Alvin Ailay, créé un groupe de hip-hop à Harlem, fondé sa propre compagnie à Madrid, elle s’est installée à Paris où la vie culturelle est des plus riches. Tout au moins en fréquentation du public et en soutiens, pour les subventions publiques l’avenir nous dira.

“C’est le moment d’agir”

Dit-elle. En attendant la révolution démocratique écologique et solidaire dont on ne nous a pas encore communiqué le jour du grand soir, que peut une artiste, une chorégraphe, sinon danser, danser, danser, “pour que l’ombre se fasse humaine, comme un dimanche à la semaine, l’espoir à la vérité?” *

Blanca Li a une tribune et elle s’exprime: “Solstice” célèbre la beauté, la force, l’énergie mais aussi la fragilité de la Nature et de l’Homme”.

Quatorze danseurs dont la moitié de danseuses, un percussionniste chanteur sur scène, des nuées ardentes, une tempête et des costumes de chair qui révèlent les corps, un paysage de cendre, une énergie vitale qui semble inépuisable. Une danse ethnique proche de l’Afrique et de l’Asie parfois aux limites de l’illustration, “Solstice” est un spectacle explosif et engagé d’une grande beauté. Et un manifeste en faveur de l’humanité selon le bon vieux principe : que chacun fasse sa part en rapport avec ses moyens.

 

Jean Barak

*”Au printemps de quoi rêvais-tu?” de Louis Aragon

“…Et moi qu’est-ce que j’ai fait pour eux sinon gaspiller mon courage,

Sinon chanter, chanter, chanter, pour que l’ombre se fasse humaine…”

 

 

Produit par le Théâtre de Chaillot, Avec le soutien des théâtres de la Ville de Luxembourg, l’Opéra de Rouen, le Théâtre de Compiègne, de l’Opéra de Paris et d’Anomes, etc…

Avec Iris Florentini, Aurore Indaburu, Alexandra Jézuin, Pauline Journé, Margarita Riera Roig, Yui Sugano, Yacnoy Abreu Alfonso, Peter Agardi, Rémi Bénard, Joseph Gebraël, Julien Gaillac, Yann Hervè, Gaël Rougegrez, Bachir Sanogo, Victor Virnot.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire