Unité 777 par Axel Loubette

20/07/19 par  |  publié dans : A la une, Danse, Scènes | Tags : , , ,

L’inhumaine humanité par Axel Loubette, au Théâtre de l’Oulle, Avignon le Off

Unité 777

La Compagnie Elipse a été créée par Axel Loubette en 2013. Danseur de la Compagnie Grenade fondée par Josette Baïz, qu’il assiste pour la création de Suresne Cité Danse, il est professeur de danse à l’Ecole Nationale de Danse de Marseille malgré son jeune âge. Il réunit Lola, Kim, Géraldine de la Compagnie Grenade, plus Naïs, qui vient du jazz en passant par Gallotta. Faute de technicien, il se met aux consoles et est remplacé au pied levé par Félix Héaulme… Ancien danseur de la compagnie Grenade. Il y a probablement-là un effet Baïz, qui porte au plus haut niveau des enfants très jeunes. Ceux-là grandissent plus vite que les autres.

Pendant la seconde guerre mondiale, dans l’unité 731, les japonais ont réalisé des expériences biochimiques sur des êtres humains. Les allemands n’étaient pas en reste avec le bon Docteur Mengele. Sans parler des colonisations et pacifications en tous genre, depuis la nuit des temps historiques. On croyait encore aux races inférieures et supérieures, jusqu’à il y a peu, où on disait encore des Africains qu’ils n’avaient pas pris le train de l’Histoire. Si ce n’est la technologie et la massification, rien ne change.

L’unité 777 est la métaphore de ces 46 unités supplémentaires. Aujourd’hui les comités d’éthique veillent sur les dérives de la science et ses Docteurs Folamours: sauf en temps de guerre, on ne torture plus que les animaux. Las, on découvre qu’ils ont aussi une sensibilité. C’est ce dont traite cet opus.

Unité 777

La danse d’Axel Loubette est à la césure entre animalité et humanité, dans cette zone grise de l’inhumaine humanité. Dans une lumière crépusculaire, ancrée dans le sol, au ralenti ou à une vitesse folle, ils déclinent toutes les figures des postures humaines dans les circonstances extrêmes, agression, domination, mais également empathie et entraide.

Très loin des rêves d’enfance, ces très jeunes gens ont beaucoup de choses à dire, et, signe des temps, ils ne demandent pas la parole, ils la prennent. Comme ils sont danseurs, en fait, ils les dansent. Ils s’y engagent totalement et c’est poignant. La valeur n’attend pas nécessairement le nombre des années.

A découvrir!

Jean Barak

Unité 777
Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire