And then we danced

18/05/19 par  |  publié dans : A la une, Cinéastes, Cinéma, Festival | Tags : , , , ,


Copyright Anka Gujabidz

Synopsis : Merab s’entraîne depuis son plus jeune âge dans le cadre de l’Ensemble National Géorgien avec sa partenaire de danse, Mary. Son monde est brusquement bouleversé lorsque le charismatique Irakli arrive et devient son plus fort rival et son plus grand désir.

Avis : Pour son premier long métrage en Géorgien, Levan Akin aborde avec beaucoup de finesse et de poésie, la problématique d’interdiction de l’homosexualité dans son pays. Par le biais des danses traditionnelles géorgiennes valorisant la masculinité, la droiture et la force de l’homme, tout en faisant abstraction de la sexualité, il impose la rigidité de l’enseignement et de l’état. Le jeune Merad (Levan Gelbakhiani) est alors emprisonné par sa passion pour la danse au sein de l’Ensemble National Géorgien exigeant une extrême rigueur de travail et ses contraintes familiales où il veut être irréprochable en tout point. Quitte à se démultiplier pour faire face aux difficultés financières. Grâce à l’arrivée de ce nouveau danseur, Irakli (Bachi Valishvili), Merad découvre peu à peu qu’il est différent et doit apprendre à s’assumer tel qu’il est. Levan Akin filme cette émancipation, ce passage à l’âge adulte, avec une extrême délicatesse, toujours accompagnée de danses et de musiques qui, du respect de la tradition, se métamorphosent petit-à-petit, passant sur des rythmes plus enjoués, endiablés, plus sombres. Comme une envie de respirer, de se détacher de toute retenue, comme si soudain, son esprit s’échappait de son corps trop parfaitement contrôlé.  Autant qu’il se cherche, sa meilleure amie Marie (Ana Javakishvili) reste à ses côtés, discrète, tel un reflet. Celui peut-être du statut de la femme en Géorgie : elle est son réconfort, sa complice, mais paraît malgré tout effacée. Mêlé de jeux de regards emplis de poésies, dans un cadrage qui s’élargit peu à peu pour libérer le protagoniste des lianes sociales qui le retenaient tant physiquement que mentalement, And then we danced est une leçon mélodique et douce à transmettre pour entériner les clivages sociaux.

Sortie : Prochainement (Durée 1h46)

Distribution : ARP Selection

De Levan Akin Avec Levan Gelbakhiani, Ana Javakishvili, Bachi Valishvili

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire