“ANOTHER WORLD” / “FLASHBACK”

23/07/18 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

Grâce à deux jeux, Delphine Software a marqué au début des années 1990, l’univers vidéoludiques Noms de ces chefs d’œuvres « Another World » et « Flashback », hits en puissance que l’on peut désormais retrouver sur Nintendo Switch, dans des versions fidèles identiques aux originales…agrémentées de quelques bonus !

Si l’influence dans le parti pris graphique réaliste, la présentation en 2D et l’inertie des personnages rappelle un autre chef d’œuvre : « Prince of Persia », la volonté d’aller vers la science-fiction est un choix payant. Sans être liée par une narration commune, les œuvres développées respectivement par Eric Chahi et Paul Cusset ont posé les bases de la rencontre entre le cinéma et les jeux vidéo. On a donc droit à des directions artistiques travaillées, avec des décors uniques, dont la griffe fait toujours mouche 25 ans plus tard. L’insertion de gros plans dans la mise en scène ou les interactions avec des PNJ qui permettent de franchir des situations périlleuses étaient à l’époque des idées novatrices.

Malgré leur similitude et du gameplay particulier, qui pourra désorienter les plus jeunes en raison de leur aspect figé, les deux titres présentent de nombreuses différences. Le périple de Lester Chaykin dans « Another World » emprunte davantage au Die & Retry. La progression se fait petit à petit et anticiper les réactions des ennemis ou les pièges ne peut se faire du premier coup. Entre prison, caverne ou bain public, les énigmes sont elles aussi nombreuses, mais n’entravent pas trop la progression. La principale difficulté, liée au nombre de vie limitées, a été gommé de ce remaster. Dorénavant, on n’a plus qu’à choisir le tableau, et c’est parti ! Quant aux vétérans ils se consoleront avec un mode hardcore inédit.

De son côté « Flashback »se vit comme un jeu d’aventure. >Le périple de cet autre scientifique Conrad B. Hart, frappé d’amnésie multiplie les phases de puzzles. Il n’est pas rare de devoir faire des allers / retours dans les niveaux pour activer des mécanismes avant d’en découdre avec des extra-terrestres. Impossible de ne pas faire couler une larme nostalgique quand on se retrouve à nouveau dans cette jungle luxuriante ou lors de l’arrivée à New Washington. Un moment marquant pour de nombreux joueurs. Plutôt ardu, ce remake met en place une fonction rewind. On n’est donc jamais frustré.

En plus de rendre ces classiques plus accessibles, DotEmu (pour « Another World ») et Microids (pour « Flashback »), en charge des portages, ont intégré différents filtres graphiques afin de rendre l’expérience visuelle plus attrayante sur une TV HD. Payant dans le premier cas, moins concluant dans le second, le résultat n’est pas révolutionnaire. Le minimum syndical donc, là où on aurait aimé des graphismes redessinés avec un vrai rendu 4K, ce n’est pas le cas, mais après tout, les jeux sont vendus à prix modérés, du moins sur l’Eshop. (Jeux testés sur Nintendo Switch)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire