DRAGON QUEST BUILDERS 2

16/07/19 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , , ,

En marge de ses épisodes canoniques (le 11e opus est attendu cet automne sur Switch dans une version définitive), Square Enix décline « Dragon Quest » dans différents genres. On note ainsi « Heroes », un savant mélange du Tower Defense mâtiné de Beat’em all et donc « Builders », qui s’inspire fortement du hit « Minecraft ». Suite à un premier essai concluant en 2016, ce second opus ne change pas les fondations mais voit les choses en grand, avec l’arrivée de nouveaux personnages, de fonctionnalités étendues et d’un mode multi-joueurs.

Kaos, le maître de la destruction veut semer… le chaos. Dans sa logique, il déteste es rares bâtisseurs encore en vie. Manque de bol pour lui, votre héros (garçon ou fille, au choix) possède le pouvoir d’apprendre sans cesse de nouveaux plans pour redonner de l’espoir aux habitants, las de vivre dans ce triste monde… Rapidement échoué sur une île, on commence par se lier d’amitié avec deux autres enfants (dont un certain Malroth), prêts à vous prêter main forte au combat ou grâce à leurs précieux conseils. Pas du luxe, vu l’ampleur de la tâche à accomplir !

Cette introduction terminée, il est temps de se rendre sur un îlot voisin : Verchamps, pour développer une ferme. Brique après brique, votre travail paie et séduit les habitants qui vous confient des missions tout en aidant à minima. Pour répondre à toutes les demandes, il est nécessaire d’aller crafter des matériaux dans les régions environnantes avant de fabriquer le matériel nécessaire de retour dans son atelier. Maisons, granges, Palais… grands ou petits, décorés ou non… Les possibilités donnent le tournis. Plutôt que de découper l’histoire en simples chapitres, les développeurs ont mis en place un système d’archipel, où chaque lieu possède une flore et une faune spécifique. De quoi renouveler sans cesse l’expérience.

Plaisant, ce mode aventure, dope le concept aperçu il y a trois ans. Il met aussi en lumière la coopération, avec des gens qui œuvrent ensemble, à l’unisson pour un avenir meilleur. Le propos est naïf, mais servi par un graphisme coloré, le message positif passe, y compris auprès du jeune public. L’interface, claire et visuelle permet de sélectionner les objets rapidement. Si on ajoute l’arrivée de la vue subjective, créer n’a jamais été aussi simple. Le rythme n’est cependant pas parfait… En effet vos compagnons sont beaucoup trop bavards, ayant donc tendance à freiner la progression. Les combats, plus assistés que par le passé, avec ce compagnon amnésique doué pour manier la hache, manquent aussi de profondeur.

Avec une durée de vie de plus de 50h, il y a largement de quoi s’occuper tout l’été… Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? D’où l’introduction du multijoueur, où on rejoint d’autres bâtisseurs en ligne pour essayer de mener à bien des projets d’envergure, de manière totalement libre. Dommage par contre qu’il soit impossible de parcourir l’histoire avec un ami, en écran splitté sur la même console. Preuve qu’il reste une marge de manœuvre pour un hypothétique 3e opus. (Jeu testé sur PS4 Pro ; Également disponible sur Nintendo Switch, dans une version identique)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire