REBEL COPS

23/09/19 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , ,

Publié en 2016 « This the police » s’est imposé comme l’un des fers de lance du jeu de stratégie de la scène indépendante. Une suite a également vu le jour l’an dernier. Moins concluante elle a néanmoins contribué à approfondir l’univers, qui s’enrichit encore aujourd’hui avec « Rebel Cops » un spin-off orienté tactical-action.

Rendez-vous à Ripton, une ville où les casses et autres délits organisés par une bande dirigée par un ex du KGB affluent. Pour la combattre, des justiciers rebelles ont quitté la police traditionnelle. Le groupe vit désormais à l’écart, reculé dans les bois et finance ses interventions grâce aux prêts de la population locale qui a foi en ses agissements. Régulièrement, il faut donc penser à mener à bien différents objectifs secondaires pour satisfaire les citoyens. L’argent récolté servant à se fournir en munitions, trousses de soins et autres protections utiles sur le champ de bataille.

Dans des environnements urbains plutôt diversifiés (gare, banque…), le jeu se déroule de manière classique au tour par tour. Le joueur déplace donc ses troupes (deux actions par unité) avant que les mécréants fassent de même. En plus de devoir s’approcher avec prudence pour sauver les otages – et sa peau -, ces flics pas comme les autres, possèdent différentes aptitudes et peuvent prévenir un collègue du danger qui le guette. Une action limitée… tout comme les sauvegardes en cours de partie. Dans « Rebel Cops » tout se calcule et chaque erreur se paie cash, avec des one shot à profusion, dans un sens comme dans l’autre. Ceux qui privilégient la manière douce préfèreront mettre en joue les bandits avant de leur passer les menottes.

Dur mais pas impossible – trois niveaux de difficultés sont au programme -, le titre de Weappy Studio, sans atteindre la profondeur des mastodontes « X-Com » et « Fire Emblem » captive et multiplie les références au film noir. On aurait cependant aimé une jouabilité un peu plus instinctive au pad (le pointeur est pratique pour déplacer les agents, moins pour accomplir certaines tâches comme ouvrir une porte ou lire un mot contenant un indice) et plus d’originalité au niveau du gameplay. Mais vendu à prix doux – une dizaine d’euros – la variation mérite le détour pour qui aime le genre, ou souhaite tout simplement s’y essayer. (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire