(RE)PARTIR A L’AVENTURE

15/09/19 par  |  publié dans : Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , , , ,

FINAL FANTASY VIII REMASTERED

« Final Fantasy VIII » fait partie de l’histoire des jeux vidéo… Une petite prouesse étant donné que son prédécesseur « Final Fantasy VII » donc, est le RPG phare de toute une génération, qui a démocratisé le genre en Europe. Plus mature, sérieux et inscrit – toute proportion gardée – dans un cadre réaliste, ce blockbuster de 1999 met en scène un des personnages les plus charismatiques de la saga. A savoir un certain Squall Leonhart, apprenti mercenaire qui se retrouve rapidement pris avec ses alliés dans un conflit à l’ampleur démesurée. Combat au tour par tour, absorption de magie, sorts dévastateurs, monstres géants… le tout dans une 3D précalculée qui poussait la PSOne dans ses retranchements. Le succès fut logiquement au rendez-vous.

Vingt ans plus tard, c’est au tour de la PS4 d’accueillir ce hit dans une version liftée. On retrouve néanmoins un affichage 4/3 pour profiter de l’aventure comme à l’époque. Remaster oblige, les graphismes sont un peu plus propres. Le côté « polygone » reste malgré tout présent. D’un côté les fans regretteront que Square n’ait pas privilégié une refonte totale (comme celle de « Final Fantasy VII », qui sortira en Mars 2020), de l’autre cela permet de faire découvrir la bête à moindre coût (une vingtaine d’euros) et dans des conditions satisfaisantes à une nouvelle génération de joueurs, qui sera à coup sûr séduite par la richesse du système de jeu.

Il ne s’agit pas cependant d’un simple copier-coller. Conscients de certains problèmes de rythme, les développeurs ont ajouté quelques options agréables. A savoir la possibilité de passer les affrontements, de les faciliter grandement ou d’accélérer la vitesse par trois… Plus de souplesse à tous les niveaux pour se concentrer sur l’histoire et / ou les passages les plus marquants d’une œuvre décidemment intemporelle. (Jeu testé sur PS4 Pro)

A BARD’S TALE IV : DIRECTOR’S CUT (Version console)

L’automne débarque… et les hits affluent. Et toute l’astuce du gamer consiste à garder un œil sur des jeux moins médiatisés mais réellement dignes d’intérêt. Disponible depuis novembre 2018 sur PC (lire le test ici), « A Bard’s tale IV » arrive sur console, dans une version « Director’s cut » enrichie des différentes mises à jour effectuées par inXile Entertainement. Ajustements qui ont sensiblement améliorés l’expérience depuis l’an dernier. Personnalisation à la carte, spécialisation des héros selon 21 classes, durée de vie colossale… rendent incontournable cette aventure d’héroïc-fantasy, habile mélange de RPG et de dungeon crawler. Et si l’on excepte quelques séquences filmées kitschissimes, l’immersion est totale.

Titre à parcourir en vue FPS, « A Bard’s tale 4 » s’appuie sur des donjons labyrinthiques pour mieux perdre nos compagnons. Les combats qui se déroulent au tour par tour sont d’une efficacité redoutable. Les frères d’armes sont ainsi disposés sur une grille et possèdent d’un nombre limité d’actions : Attaquer, se déplacer, battre en retraite derrière un co-équipier, lancer un sort, améliorer sa force… Cela donne lieu à des joutes hautement stratégiques et véritablement passionnantes. S’il peut parfois se montrer difficile, le jeu n’est par contre jamais injuste. Il est même possible de sauvegarder à tout moment, chose qui permettra d’éviter de frustrer les moins patients. Une bonne pioche donc pour une adaptation PS4 techniquement au point. (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire