YOOKA-LAYLEE AND THE IMPOSSIBLE LAIR

12/11/19 par  |  publié dans : A la une, Jeux Vidéo, Médias | Tags : , , , , , ,

Après un coup d’essai prometteur dans le monde de la 3D en compagnie de ses deux mascottes, Playtonic (studio composé d’anciens membres de Rare, auteurs de « Donkey Kong Country » et « Banjo & Kazooie ») remet le couvert en 2D. Ou plutôt en 2.5D puisque si on ne peut se déplacer que sur un seul plan, les décors sont en relief. De quoi ravir les amateurs de plateformes rétro comme les affectionne Nintendo. Surtout que pour couronner le tout, la technique est au poil avec des graphismes colorés et un framerate à 60 images par seconde, sur PS4 comme sur Switch.

Retrouver le caméléon et la chauve-souris donne la banane. Aussi complémentaire que drôle le duo se retrouve cette fois face à un dangereux ennemi qu’il faut aller combattre dans son antre. Petite particularité cette tanière est accessible dès le début, mais les pièges sont si retors qu’il est vraiment ardu d’arriver au bout sans subir de dégâts. Seule solution pour se faciliter la tâche, partir à la recherche des 42 soldabeilles éparpillées dans les différents niveaux. En sachant que chacune d’elles rajoute un point de vie, en récupérer le maximum est vivement conseillé.

On part donc à l’assaut de cette map, qui rappelle à plus d’un titre celle des Mario. Il faut cependant résoudre quelques puzzles pour avancer. On rencontre aussi quelques connaissances qui, en échange de pièces et de plumes glanées en chemin, nous offrent quelques services. Déblayer un chemin, nous permettre d’utiliser des petits pouvoirs… De quoi pimenter la progression.

Les tableaux à traverser s’appuient sur un level-design des plus réussis. Entre les ennemis vicieux, les plateformes qui s’effondrent ou encore les passages secrets, il y a de quoi faire. Certes « The Impossible Lair » applique une formule connue mais il le fait bien. Les capacités de Yooka qui peut tirer sa langue pour avaler des objets comme Yoshi ou faire un roulé boulé pour renverser ses adversaires sont mises à contribution dans un titre pêchu. Quant à Laylee, elle sert de bouclier et s’envole lors d’un impact. Il faut donc la rattraper avant qu’elle ne sorte de l’écran pour ne pas se retrouver vulnérable aux attaques.

En plus d’être parfaitement dosé dans sa difficulté, le jeu s’appuie sur une autre idée sympathique : en jetant une baie sur un niveau, celui-ci change radicalement d’atmosphère, demandant au gamer de repenser la manière d’en voir le bout. Un petit plus qui dope habilement la durée de vie en plus de multiplier le nombre de décors ! (Jeu testé sur PS4 Pro)

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire