Report du festival FiMé 2014 [2/2]

30/11/14 par  |  publié dans : Concerts, Musique | Tags : , , ,

FIMé Charlot

Jour # 5 : A vos ailes, prêts, partez !

Dernier grand film de l’ère du muet, Wings (1927) est un savant mélange de mélodrame et de grand spectacle. C’est aussi le premier film à recevoir un oscar lors de la première cérémonie en 1929 ! Avec cette œuvre, le cinéaste américain William Wellman donne ses lettres de noblesse à un genre destiné à devenir incontournable dans les salles obscures : le film de guerre. Les scènes de combat spectaculaires et les chorégraphies aériennes grandioses apportent un authentique souffle épique. Au final, les romances un peu alambiquées s’effacent au profit d’un récit d’amitié, de fraternité et d’héroïsme (porté par deux jeunes acteurs convaincants). A noter le passage éclair mais intense de la star Gary Cooper dans le rôle d’un pilote chevronné. Côté musique, le Quatuor à cordes Prima Vista (s’exécutant à 6 pour l’occasion) a composé une partition originale respectant l’esthétique du film « parce que la musique au cinéma est le fruit d’une alliance magique et méticuleuse avec l’image ». Au fil des séquences, on traverse donc toute une palette d’émotion (joie, légèreté, peur, tristesse, courage…) faisant de ce moment un pari réussi.

Jour # 6 : Indiens électriques ♥

Ce soir à la Villa Noailles, c’est un maestro de la musique française que l’on va découvrir. Rodolphe Burger a du lourd dans ses bagages, que ce soit au sein du groupe Kat Onoma, en solo dans les différents projets qu’il initie sur disque ou sur scène. Véritable artiste en mouvement, cet élégant géant a travaillé avec Bashung, Higelin ou encore Jeanne Balibar, jetant au fil de ses associations des passerelles entre les disciplines : musique, cinéma, littérature, théâtre ou arts contemporains.
Avec seulement une console et une guitare, il redonne ce soir vie aux images jaunies du célèbre photographe et ethnologue Edward S. Curtis, spécialiste des Amérindiens. Docu-fiction de 1914 présenté ici dans une version inédite restaurée, In the land of the headhunters met en scène les Indiens d’Amérique du Nord de l’île de Vancouver. Derrière l’histoire d’une guerre entre tribus pointe une véritable reconstitution d’une culture en voie de disparition. Avec un son enivrant, tantôt psyché-electro rappelant le Velvet Underground (quelle voix caverneuse à la Lou Reed !) tantôt tribal et animal, Burger apporte de la profondeur à cet hommage. Une très belle création.

Jour # 8 : Charlot en pleine lumière ♥

Après une soirée dédiée aux premiers Tom & Jerry accompagnés par le trio pop-rock La terre tremble !!!(qu’on aura malheureusement raté), c’est déjà le moment de dire au revoir au FiMé avec le ciné-concert de clôture (et peut-être le plus attendu) : Charlie Chaplin à l’Opéra de Toulon. Comme chaque année, cette date est complète. Le public cosmopolite (autant d’amateurs d’opéra que d’écoliers et de familles) se régalera, éclatant de rire à chaque sketch ou mimique irrésistible du grand Charlot. Dans Les lumières de la ville, réalisé en 1931, le célèbre vagabond s’éprend d’une belle et jeune vendeuse de fleurs aveugle et endettée. De petits boulots sordides en matchs de boxe truqués, notre héros accumule gags sur gags, forgeant une fable profonde sur la vérité au delà des apparences, la confiance et l’espoir. C’est aussi, à l’instar des Temps modernes, un long adieu que Chaplin fait au cinéma muet (avant son premier film parlant, Le Dictateur).

La superbe musique, composée par Charlie Chaplin himself est interprétée en direct par l’Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon sous la direction de Hugo Gonzalez-Pioli, un enfant du pays. Virtuosité, délicatesse et poésie nous transportent ainsi pendant un peu plus d’une heure délicieuse jusqu’à l’ une des fins les plus célèbres et touchantes de l’Histoire du cinéma. Avec toute la finesse de son art, Chaplin nous fait passer du rire aux larmes, du burlesque grandiloquent à la simple émotion d’un regard. Inoubliable et intemporel.

Merci encore au FiMé pour ces soirées magiques et à l’année prochaine !

En savoir plus : www.fimefestival.fr
Toutes les photos sur : l’album facebook d’Envrak

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire