L’été des Hivernales

15/08/19 par  |  publié dans : A la une, Danse, Festival, Scènes

A Avignon, les Hivernales sont également Estivales

Delgado Fuchs “Nirvana”

Si le Festival d’Avignon est originellement dédié au théâtre, la musique, le cirque et la danse y ont depuis des lustres toute leur place. On en peut trouver dans nombre de lieux, mais le C.N.D.C. -Centre National de Développement Chorégraphique- d’Avignon et le théâtre Golovine lui sont entièrement dédiés. Pour les amateurs, ce sont deux lieux incontournables, à la programmation éclectique et éclairée.

C.N.D.C.

Delgado Fuchs “Nirvana”

Le couple Delgado Fuchs joue des décalages avec “Nirvana”, une pochade pseudo tantrique sous latex où, d’un air compassé, l’humour et l’auto-dérision désamorcent la charge érotique. Ils défrisent le ridicule dans une théâtralité délicieusement kitsch. Ils sont une partie des ambassadeurs de la charrette culturelle suisse, pays qui soutient une série de spectacles en Avignon, danse et théâtre. Un exemple à suivre!

Collectif Es aux Hivernales

On a pu y découvrir le trio du “collectif Es”, de Sidonie Jérémie et Emilie, dansé par trois danseurs et deux danseuses, ce qui fait cinq en tout. Mais au rythme effréné qu’ils s’infligent, ce n’est pas de trop. A la générale, un danseur n’a pas réussi à revenir pour saluer, son muscle cardiaque refusant probablement de s’assagir. Physicalité, énergie débridée, contacts appuyés comme une grappe de gamins de maternelle, action réactions et substitutions, c’est une pièce survoltée à la maladresse trompeuse. Ils ne se refusent rien, pas même l’immobilité totale, au garde-à-vous le temps d’une chanson.

Collectif Es

A l’injonction de faire “original, nouveau, authentique” ils répondent naïvement par tout ce qu’il ne faut pas faire: tout se fait sans grâce, dans l’effort et en force. Leur humour potache est allié à une virtuosité qui se fait très discrète. Si ce n’était réducteur on pourrait sans soucis le classer dans la catégorie “spectacle pour enfant”: nul doute que ces drôles ne se reconnaissent dans leur fausse maladresse, leurs portés calamiteux, leur imitation littérale de tel ou tel chorégraphe, du disco jusqu’à la “non-danse” radicale, en passant par le néo-classique. Rafraîchissant, malgré l’énergie folle dépensée.

“Nyach”, de Caroline Cornélis

Transfuge de Michèle Noiret et Frédéric Flamand, Caroline Cornélis est résolument tournée vers le public enfantin, elle joue avec la drôlerie et l’humour dont les enfants sont capables. C’est une vraie cour de récré avec ses jeux cruels et ses bouderies, ses éclats de rire et ses singeries du monde alentour. Trop souvent les spectacles pour enfant bêtifient, en l’occurrence la finesse et l’inventivité de cette pochade s’adressent tout autant à l’enfant qui sommeille dans chaque adulte. On rit avec grand plaisir.

“Nyach “, avec Agathe Thévenot, Julien Carlier, Colin Jolet, Tom Malmendier

Orientalisme

Sébastien Ly, Compagnie Kerman, Nhà, Camille Revol et Lisa Robert

Dans un registre très différent, “Nhà” de Sébastien Ly analyse les rapports entre l’architecture et l’humain. Ils sont symbolisés par de grands bâtons qui géométrisent l’espace, et incarnés par les deux danseuses qui les disposent en figures éphémères, l’explorant dans toutes ses dimensions. Une pièce très intérieure, épurée, ouvrant l’espace à la sensibilité des interprètes. “La Maison” est le premier volet d’un triptyque “Habiter le Monde”.

“Rage’ de Po-Cheng Tsai

Mais la perle de ce collier est incontestablement “Rage” de Po-Cheng Tsai, un oeuvre dramatique sous tension portée par des interprètes flamboyants. (Voir l’article qui leur est dédié ci dessous)

Les aléas des horaires compressés du Festival et ceux de l’administration qui traquent les présumés clandestins jusque dans les troupes de danse suisse n’ont pas permis de caler toutes les générales pour la journée qui leur est dédiée aux hivernales, que les absents nous pardonnent.

On l’aura compris, lors d’un séjour au Festival d’Avignon, le C.N.D.C. est absolument incontournable. Rendez-vous en 2020!

Jean Barak

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire