Voix du Gaou 2013 [2/3] : surprise party à 30 secondes de Mars

01/08/13 par  |  publié dans : Concerts, Musique | Tags : , ,

P1030901

Après une petite incartade à Nîmes où Neil Young, son Crazy Horse et la grande Patti Smith donnaient un concert mémorable dans les arènes la veille, me voilà (presque) fraîche et dispo pour cette deuxième soirée des Voix du Gaou. Programme de ce 18 juillet : le french band Superbus et les américains de 30 seconds to Mars.

Pluie et Superbus

P1030850Comme je m’y attendais, le public est jeune, maquillé et en majorité féminin. La météo annonce l’orage et la pluie ce soir sur Six-Fours. Et ça ne tarde pas à tomber. Les parapluies et les capelines fluo fleurissent, le maquillage des fans de 30 seconds to Mars, heureusement lui, est waterproof. Après quelques secondes de frayeur, ouf, les averses se calment, le public se détend. Jenn et ses garçons peuvent faire vrombir leur Superbus.

Les notes psyché du tube All alone issu de leur dernier opus Sunset ouvre le bal. Le groupe communique une bonne humeur et une énergie contagieuses, malgré des problèmes de sons récurrents. Pas grave, les zicos en profitent pour faire un peu d’humour. Si leur pop-rock un peu sage ne me transcende pas forcément, il faut avouer que Jennifer la sauterelle charme indéniablement l’assistance. Elle enchaîne les vieux tubes : Butterfly, Lola, Travel the World ou encore la mignonne balade Ça mousse. Après deux ans de pause, le band, visiblement ravi d’être de retour, n’en finit pas de remercier les spectateurs, qui eux dansent gaiement sur leur dernier titre La Cible.

30 seconds to Mars, et ça repart !

P103099222h et des poussières. Les premiers hurlements se font entendre. Sur la scène, des messieurs en cagoule s’installent devant des congas. Brrr, c’est flippant. D’un coup, des saccadés noirs et blancs plongent tout le monde dans un état épileptique. Entre deux flash, un chevelu svelte au chapeau et aux lunettes noires apparaît. Les guitares saturent, les cris hystériques redoublent de volume ; je n’ai plus d’oreilles.

Love Lust Faith + Dreams, leur dernier (et troisième) album, a déjà conquis des millions d’addicts dans le monde. Mais qui sont-ils, ces gars au nom étrange dont le logo pyramidale est tatoué sur le front des fans ? Composé de l’acteur Jared Leto (Angela 15 ans / Requiem for a dream), de son frère Shannon et de Tomo Milicevic, le groupe U.S Thirty seconds to Mars est rentré en 2011 dans le Guiness des Records pour avoir fait le plus grand nombre de concerts en une tournée (soit 309 shows en 2 ans). Donc la scène, ils connaissent. Et ça se voit.

P1030933C’est un véritable show à l’américaine que vont nous livrer les trois compères pendant plus d’une heure. Pour le coup, c’est une grande claque. On s’attendait à du rock émo un peu goth pour ados (vu le style du groupe dans les albums précédents), on a été bluffé par la maîtrise et le charisme du groupe. Pour sûr, c’est rock’n roll. Et spectaculaire.
Jared Leto saute partout, prend la guitare comme un pro, joue avec le public, n’hésitant pas à le titiller et s’essaye même à parler en français : « Ce soir, on est très très ouf ? Vous voulez être très très ouf avec nous ? » Des lâchers de ballons géants multicolores par ci, des clips hyper esthétiques sur grand écran par là, le set est soigné et taillé pour en prendre plein les yeux.

Les morceaux pêchus s’enchaînent à toute allure. Entre, on a droit à des numéros de voltiges exécutés par des athlètes en costumes et masques à gaz. Le visuel est hallucinant. Le son aussi. On se croit effectivement sur une autre planète, sauf que ça dure plus que 30 secondes. Après une dernière envolée sauvage de crocodiles et de dauphins gonflables (!) lâchés dans la fosse, Jared prend la guitare acoustique pour un moment d’émotion avec les titres Hurricane, The Kill et Save me. La voix, depuis le début, est impressionnante. Elle se fait pure et intimiste.

P1030967Bilan : une 2ème partie de soirée riche en surprises. Mention spéciale à la personnalité du leader Jared Leto, à la fois survolté, drôle et souriant, qui instaure une relation vraiment sympathique avec son public. Il finira même (à l’instar d’un Iggy Pop version No fun) entouré d’une bonne trentaine de fans venus partager sur son invitation un final très rave party des plus déjantés (Up in the air). Bon esprit.

En savoir plus :

* Plus de photos sur la page facebook d’Envrak
* http://www.voixdugaou.fr/
* http://www.thirtysecondstomars.com/
* http://www.superbus.fr/
* http://www.envrak.fr/musique/voix-du-gaou-2013-13-les-arctic-mettent-le-feu/

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire