En quoi consiste l’hydroxyapatite ?

L’hydroxyapatite désigne un phosphate de calcium, également appelée calcium d’hydroxyapatite, il s’agit d’un phosphate qui représente près de la moitié de la masse osseuse et compose aussi l’émail dentaire. Mais la pathologie la plus répandue liée à l’hydroxyapatite est la pathologie périarticulaire des cristaux « périarthrite calcifiante » ou tendinite calcifiante, on vous en dit plus sur le sujet.

Quels sont les symptômes d’une hydroxyapatite ?

Lorsque l’on a une carence, on peut prendre des compléments alimentaires à base de produits de la pêche, tels que les arêtes de poisson. Le rhumatisme à hydroxyapatite n’a pas d’origine connue à ce jour, il peut se manifester associé à des désordres de l’organisme, comme dans le cas d’une insuffisance rénale, d’un diabète, ou encore dans le cas de troubles hormonaux, cette maladie se caractérise par une accumulation de cristaux de phosphate de calcium au niveau des tendons, il peut atteindre plusieurs localisations, mais débute généralement, au niveau de l’épaule et peut progresser au niveau des autres articulations, telles que :

  • Les hanches ;
  • Le genou ;
  • Le poignet ;
  • La cheville.

Mais cette progression est peu fréquente, elle se localise plus souvent au niveau des épaules et des hanches, et peut donner lieu à des douleurs intenses et vives de manière brutale. Cette maladie met généralement des années à se manifester, en effet, la calcification se fait sans engendrer de douleurs durant les premières années, jusqu’à créer une gêne et à réduire la mobilité des tendons, à cause de l’accumulation de calcification sur les tendons. Pour certains, la douleur est chronique, surtout lorsque la hanche est affectée.

Comment se diagnostique une hydroxyapatite ?

Tout comme la tendinite calcifiante, l’arthrite microcristalline atteint particulièrement les femmes, et d’après certaines études, plus particulièrement les femmes dans leur trentaine. Pour diagnostiquer cette forme de rhumatisme, il y a lieu de faire un examen radiologique qui fera apparaître les dépôts de cristaux d’hydroxyapatite, mais il est aussi possible de les observer à l’aide d’un échographe et de faire une ponction pour confirmer la composition de la calcification. Moins commun, l’IRM et le scanner permettent aussi de conformer le diagnostic de cette maladie. Pour ce qui est du traitement, il arrive que lors d’une crise aiguë, les calcifications d’hydroxyapatite éclatent et finissent par se résorber, ce qui met un terme à cette maladie, mais il s’agit là de cas rares. Pour traiter la douleur liée a cette condition, des anti-inflammatoires et des antalgiques sont prescrits, dans des cas plus avancés, des injections de corticoïdes, ou des ponctions d’aspiration sont administrés au patient, dans des cas sévères, la chirurgie prothétique est la dernière option.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *