Las Vegas, EuroDisney pour les grands

01/09/08 par  |  publié dans : Carnets, Voyages | Tags :

Le Nevada, son désert, ses paysages lunaires, ses montagnes accidentées… et sa capitale du jeu à l’odeur de soufre. Las Vegas, Sinatra, le Rat Pack, le fric, la mafia, flambe, ruine, les dés, les cartes, paillettes, exécutions et tombes sommaires dans le désert, le Strip, Grissom et les Experts etc etc.

Las Vegas

En pénétrant dans le terminal, une fois sorti de l’avion, on est d’emblée accueilli par une armée de machines à sous, avant de passer à la réception des bagages dans un énorme hall déjà envahi de pubs sur billboards et écrans plasma vantant les shows du Cirque du Soleil. Le ton est donné. Reste plus qu’à prendre sa limousine, avec la mega frime, pour faire le vrai (les prix commencent aux alentours de 55 $ pour une limousine pour 6 personnes)- sans toutefois impressionner personne tant les “Stretch limos” sont monnaie courante dans une ville entièrement vouée à la démesure.

Sinon, outre les taxis, la solution la plus pratique et économique est de prendre l’une des nombreuses shuttles ou minibus navettes, qui desservent plusieurs hôtels pour 6 $ (la zone 1, soit les alentours du Caesar’s Palace). Vous tomberez peut-être sur Jerry, l’air tout droit sorti d’un film (des allures de Jamie Foxx dans Collateral) qui vous accueillera par un « Alors on est partis pour Le Flamingo, L’imperial Palace, Harrah’s, Le Treasure island, right ? Ok messieurs dames, je m’appelle Jerry, et je vais essayer de vous conduire à destination en toute sécurité et aussi confortablement que possible ».

Et là, une fois les sacs montés dans la chambre d’hôtel, une fois passée la douche salvatrice et selon son degré de jetlag, il faut sortir voir le Strip.

Il fait nuit. Il y a le Mirage à droite, le Ceasar’s Palace à gauche, on prend une direction au hasard (en fait à droite, vers Downtown), passe Harrah’s qui dégueule ses pubs par haut-parleurs directement dans la rue, il y a foule et plein de Mexicains qui distribuent des pubs pour des prostiputes, il y a quantités de baraques et d’étals à touristes, des écrans géants sur chaque façade et à chaque carrefour, ça pète de couleurs et de néons, c’est Piccadilly Circus sur chaque façade d’hôtel, les touristes sirotent des cocktails qui ressemblent à des bongs, derrière le Mirage il y a des feux d’artifice, c’est le spectacle des sirènes du Treasure Island, on prend une douille de couleurs et d’odeurs parmi lesquelles des remontées de sauces McDo un peu écoeurantes, sept voitures de flics sont venues arrêter deux blacks tandis que quelques mètres plus loin une pouffe enveloppée, appareil photo numérique à l’appui, menace de faire un procès au conducteur de la voiture qui a éraflé son pare-chocs (éraflure imaginaire), d’autres passent dans d’énormes pick up en riant comme des fous, la musique à fond, il fait chaud et les jeunes femmes portent des jupes comme autant d’appels à la drague, même les SDFs ont la banane, il y en a un qui fait la manche en arborant une pancarte “Pourquoi mentir ? j’ai b’soin d’une bière”.

Bigger than life

Pas facile de rendre compte de l’énormité du Strip et des Casinos. C’est une chose de voir ça à la télé dans des clips entrecoupés d’images de néons et de fontaines, c’en est une autre de les contempler en pleine journée, en long plan séquence, et de réaliser que leurs promoteurs ont vraiment fait les fous. Qu’on trouve ça artificiel ou pas (et ça l’est en grande partie), qu’on regrette que tout ça n’aie pas d’histoire, que ça pue le plâtre et le béton, on ne peut pas rester insensible devant ces énormes temples dédiés au jeu, chacun plus démesuré que l’autre. De manière générale, quand vous franchissez l’entrée d’un casino, vous accédez très rapidement à la zone des jeux, et sa marée de machines à sous qui font des bips et des jingles incessants (elles représentent 60 % des recettes des casinos). A quoi il faut ajouter, à quelques variations près, les tables de black jack, roulette, bingo, keno, poker etc etc. Jusque dans les bars, au comptoir, il y a du poker électronique. Ca ne s’arrête jamais. A 3 heures de l’aprèm ça joue, minuit, ça joue, 3 heures du mat, ça joue, 7 heures du mat, ca joue – avec la clope du matin même car c’est autorisé (hors tables de poker, très fragiles).

Ces surfaces de jeu couvrent entre 1 et 2 terrains de foot : le New York New york offre 7,800 m2 de jeux, le Ceasar’s en propose le double (15,440m2), un terrain de foot fait 8250m2.

Dans l’offre de base d’un hôtel-casino, on trouve bars, lounges, nights clubs, Mcdo, Starbucks, delis (restau rapide un cran au dessus des fast-foods, ne pas hésiter, on y mange bien pour 7 à 15 dollars), ses restaus exotiques, en 2,3, 4 ou 10 exemplaires (3 cafés Starbucks au Luxor !).

Il faut aussi mentionner la zone des race and sports books, les paris sportifs, où 36 000 écrans géants retransmettent rencontres et résultats, les 1 ou 2 salles de spectacles, enfin les INNOMBRABLES stands et boutiques de souvenirs (fabriqués en Chine), babioles, bricoles en tous genres, des bars à oxygène, stands de massage high tech, superettes, attractions diverses et variées…

Enfin, et non des moindres, les casinos ont aussi leurs offres plus ou moins personnelles pour tenter de retenir ou attirer la clientèle. Le Luxor, en forme de pyramide, recrée l’Egypte avec un petit Nil et 2 cinémas Imax (écran de 7 étages). Le New York New York a voulu reproduire l’ambiance de la grosse pomme dans des rues en carton pâte, et propose des tours de montagne russe sur sa façade (14$). Le Venetian offre la possibilité de faire des tours en gondole sur un cours d’eau qui passe de l’extérieur à l’intérieur de l’hôtel. Le Treasure Island fait sa pub avec un spectacle à gros budget gratuit, 4 fois par soir, avec de très jolies danseuses et des effets pyrotechniques sur des bateaux pirates presque grandeur nature. Le Mirage a son zoo et son aquarium, le Wynn’s son concessionnaire exposant Ferrari, etc, etc.

Scorsese le montrait dans Casino : fini le temps du las Vegas sulfureux, place à l’ère de l’entertainment et des casinos dirigés par des grands groupes. Harrah’s (qui détient les Ceasar’s palace, Rio, Flamingo, Paris Las Vegas)… et MGM Mirage (Luxor, Excalibur, Bellagio, New York New York, Mirage, Mandalay Bay) se partagent la plus grosse part du gâteau.

En fait, on a l’impression d’être dans un parc d’attractions croisé avec une galerie marchande géante. Ou un EuroDisney pour adultes. Entre 3 jours et 1 semaine semblent parfaits pour en venir à bout, et une chose est sûre : mieux vaut ne pas y aller en budget serré.

Bons plans :

Grosso modo, ça coûte combien ?

On gagnera, comme souvent, à débarquer en avion. En fin d’après-midi ce sera l’occasion de voir le désert et les montagnes autour de Vegas se charger des couleurs feu du soleil couchant. De nuit… de nuit comme toutes les grandes villes, Vegas ressemble à un immense sapin de Noël qui s’étale à perte de vue, avec ici les casinos qui ressortent particulièrement bien, comme d’immenses cathédrales de néon…

En saison estivale, on trouve des billets Paris-Las Vegas aller retour à 600 euros sur Opodo.fr (1 escale, environ 15 heures de voyage, via la compagnie NWA Northwest Airlines). Les hotels sur le Strip proposent des tarifs pour toutes les bourses, grosso modo de 30 (pour le très correct et très bien situé, mais pas luxueux, Imperial Palace) à 170 euros (pour le célèbre Bellagio), et ça se trouve sur Hotels.fr. Sachez que les prix subissent une majoration conséquente le week-end.

Le jeu ?

Perso, nous étions à Vegas pour du poker, et de ce point de vue là nous n’avons pas été déçu. D’autant qu’à une table de jeu ou à une machine à sous, les bières, cocktails, alcools forts, Cocas sont servis à loisir et… entièrement gratuits. Sachez aussi qu’en été le choc thermique entre les 40° du désert et les clims des casinos poussées à fond a de quoi surprendre, et qu’il est néanmoins conseillé de prendre une petite laine à l’intérieur.

Faites-vous plaisir, mais n’oubliez jamais qu’en jouant contre la banque (machines à sous, roulette, blackjack…) vous serez toujours perdant, à moins d’un énorme coup de chance…

Le transport à petit prix

A Vegas on se déplace en taxi, ou bien en voiture de location. Sinon, pour se balader sur le Strip (ne pas se fier à l’apparente proximité des casinos : les distances sont bien plus longues qu’elles n’y paraissent), il y a le Deuce, le bus à 2 étages qui parcourt Vegas de bas en haut et dessert les principaux casinos, 2$ le trajet, 5$ le pass illimité pour 2 jours. C’est peut-être un poil plus long que les autres moyens de transports mais plus économique, tout aussi pratique – et l’occasion selon les heures de la journée d’observer la faune locale.

Oooooo, c’est beau

Les fameux jets d’eau dansant, alias The Fountains at Bellagio, devant l’hôtel du même nom c’est toutes les demi heures (heure pleine et demie), et beaucoup plus impressionnant de nuit.

S’envoyer en l’air

L’hotel-Casino Stratosphere, qui culmine à 325 mètres en centre Strip, est un passage incontournable. Pour 13,95$, l’entrée vous permet de monter admirer une vue imprenable et panoramique sur Vegas, avant de pourquoi pas vous faire un restau la tête dans les étoiles. Les amateurs de sensations fortes quant à eux rajouteront quelques dollars (pour un total de 27,95) pour trois tours de manèges au sommet de la tour. D’une manière ou d’une autre, il faut y aller.

“I’m all in”: tapis !

De mi-juin à fin juillet, au Rio, les World Series of Poker , le plus gros championnat de poker au monde – pour voir à quoi ressemble un tournoi à 3000 joueurs et se faire prendre en photo avec les stars de la discipline.

En prendre plein les yeux

Ne pas passer à côté de Fremont Street, le quartier historique de Las Vegas. Afin de capter une partie du flux de touristes happé par le Strip, la mairie et les casinos du coin ont mis en place le Fremont Street Experience, plusieurs fois par soir, entièrement gratuit. Toutes les lumières de la rue s’éteignent, et pendant une dizaine de minutes le plus long écran du monde (460 mètres) projette des clips musicaux originaux. C’est tout simplement magique (en cas de timing serré à Vegas, il faut donc plannifier Fremont Street impérativement pour le soir).

Et, finalement, se faire le grand frisson…

De Las Vegas, le fameux, le seul et unique Grand Canyon est à portée de main, à quelques heures de route. Que vous envisagiez d’y aller à l’arrache ou de profiter du très hype Skywalk, nous sommes bien d’accord, cela fait partie du genre d’événements qui marque pour longtemps.

Sachant ceci, on ne saurait que trop vous conseiller de faire craquer la tirelire et pourquoi pas sortir 300 dollars environ (200 euros) pour une excursion au Grand Canyon… en hélico ! Départ de Vegas, survol du grand Canyon, atterrissage et pause collation en territoire Hulalapai, puis survol de Las Vegas et du Strip… et pour ce prix là, la navette en limousine a partir de votre hôtel est incluse. Et oui, l’euro fort a du bon… Envrak a personnellement testé et approuvé les services de Sundance Helicopters. Et maintenant, à vous de jouer.

Pour terminer

Pour en savoir un peu plus sur l’histoire de Las Vegas, se procurer le très intéressant “Las Vegas then and now,” qui commente le petit siècle d’existence de la ville à travers des photos d’archives.

Et pour tout le reste, spectacles, strip-tease, boîtes, pratique etc, le site http://www.vegas.com vous sera d’une aide précieuse.
Toutes les photos sont d’Holden/Envrak, mais en 2008, cela a-t-il encore une importance ?

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

5 commentaires

    Nicolas M.  | 01/09/08 à 19 h 03 min

  • Hey Dude, ça y est ? T’es accro ? Tu reviendras à Vegas même si ce n’est pas pour un WSOP ? Perso j’y pense … pour 2009 (pas le WSOP hein … faut être serieux).

  • Grinouille  | 02/09/08 à 8 h 40 min

  • Rah, ça y est, je suis jalouse!
    Las Vegas, c’est un rêve, un pari d’adolescente, avec mon amie la plus fidèle au monde…Mais le budget est dur à réunir, on s’accorche, un jour, on ira!

  • H  | 02/09/08 à 12 h 35 min

  • @Nico : clair que ça fait tourner la tête, et que je me verrai bien gagner un autre satellite dans les 2-3 ans qui viennent… après en dehors du poker, et si je devais payer de ma poche, je crois que j’irai quand même ailleurs, L.A ou Nouvelle Angleterre / N.Y…

    @Grinouille : ouvre un compte au poker avec ta copine ! Sors avec un joueur de poker de l’Aviation club de France ! … ou économise ;) Moi cette année par exemple j’ai économisé de quoi aller 2 semaines à Vegas rien qu’en arrêtant de fumer…

  • nempower  | 06/09/08 à 12 h 20 min

  • J’ai eu la chance et le privilège de voir toutes les magnifiques photos du grand canyon…et les commentaires qui vont avec..
    C’est magnifique…

  • ari  | 26/09/08 à 23 h 03 min

  • supérette, é :)
    Las Vegas Parano…J’ai jamais réussi à comprendre l’intérêt de ce film, mais je commence à percevoir grâce à ta manière de décrire. En fait, je suis passée en voiture à moins de 100 miles mais je voulais aller dans la Vallée de la Mort. C’est trop bête : c’est une ville vraiment unique selon ta description trash-poétique. Ca m’a aussi fait penser à Richard Ford et ses nouvelles du recueil ‘A Multitude of Sins’.
    Merci pour le lien!

Laisser un commentaire