Pourquoi je n’achèterai pas l’IPhone

01/12/07 par  |  publié dans : Carnets, Tendances | Tags : ,

J’ai commencé ma carrière journalistique il y a de cela une dizaine d’années, le cœur vaillant et plein d’innocence, à une époque préhistorique où Internet tapait des pointes à 56 000 bauds/sec, France Télécom n’était pas encore Orange, et les tours du WTC allaient bien, merci. Dans un journal créé au lycée, je tenais une chronique du tout et de rien où j’exprimais ma rebelle attitude face à ce que je considérais alors comme les grandes supercheries de la vie. Parmi l’un des sujets abordés, l’arrivée des premiers téléphones portables (on disait « cellulaires ») et comment ils étaient voués à nous pourrir la vie. Extrait : On en voit de plus en plus, et même au lycée, des jeunes avec leur Ola ou quoi en cours, tout fiers d’exhiber leur déchéance intellectuelle (si vous en croisez, je vous donne le droit de les lyncher). « C’est utile ! ça sert ! » qu’ils disent. Mouais. Moi, lycéen moyen, pas spécialement « overbooké » ou quoi, je me demande bien à quoi ça me servirait. C’est de l’asservissement total – asservissement aux autres […] mais aussi aux Télécoms […].

Je mesure le chemin parcouru depuis.

Il fut un temps où quand on voulait se voir, soit on se fixait rendez-vous après les cours, ou bien on prenait son fixe. On tombait souvent sur les parents ou la sœur du copain, et il était très mal vu de téléphoner après une certaine heure.
– Bonjour M. Machin, est-ce que X est là s’il vous plaît ?
– Oui c’est de la part de qui … ?

J’avais horreur de ces moments flottants. Mais bon, on fixait rendez-vous et basta. Si on ne pouvait pas venir on prévenait, car c’était galère pour reporter. Aujourd’hui, quand on veut se voir, ça donne plutôt (deux minutes avant l’heure H, alors que vous poireautez déjà depuis dix minutes) :
– Ouais… c’est moi, dis moi, j’aurais du retard là.
– Longtemps ?
– Bah, une demie heure, mais tu comprends, fallait que j’aille faire les courses et j’avais rendez-vous chez le dentiste.

Vous voyez ce que je veux dire ? Le rendez-vous perd de son importance. À partir du moment où vous vous excusez, même deux minutes avant, vous êtes censés être pardonnés pour ne pas savoir gérer votre vie.

Mieux : avant, dans une soirée, ou au bar, seuls existaient les gens qui vous entouraient, et soit il y avait de l’ambiance, soit vous enchaîniez clopes sur clopes, en regardant le fond de votre verre – mais la plupart du temps, ça marchait. Aujourd’hui, pareil, sauf que quand ça marche, alors que le débat est lancé et les orateurs bien chauds, c’est un téléphone portable qui sonne.
– Ouais… Salut, comment ça va ! Non non, tu me déranges pas, je suis avec des potes…
Et de s’en aller parler au téléphone vingt minutes. Bien sûr, les potes n’ont pas le droit de se sentir dérangés, ils sont trop cools pour ça. L’effet est encore plus démoralisant quand il s’agit d’une conversation en tête a tête, dans ce cas là on se retrouve instantanément dépossédé du statut d’humain pour se voir conférer celui de plante verte.


Il y a des choses, comme ça, qui se passent de commentaire, comme cette housse vendue 14$

Encore meilleur : vous êtes dans les transports en commun après une journée de taf ou de cours et vous voulez être un peu tranquille avec vous-même. Quand derrière vous une voix s’élève:
– Allo… ? Ouais, ouais, cool et toi…
Et la « conversation » va durer tout le temps de votre trajet, d’une voix féminine souvent haut perchée et un peu pétasse sur les bords, qui s’insinue dans les écouteurs de votre lecteur mp3* et vous déconcentre du roman sur lequel vous êtes déjà depuis un mois (les cas les plus sévères étant observés quand la pétasse en question a cinquante ans et s’entend de l’autre bout de la rame/du bus). En vingt minutes une demie heure vous savez :
– si les petits enfants vont bien / qu’untel a des mauvaises notes en fac / le nombre de vodkas consommées en boite samedi soir / que X est une chienne, Y trop cool et Z saoulant / que B fait de la rétention d’eau / que les profs y sont trop gavants / ce que je lui ai dit, alors tu sais pas ce qu’elle a répondu, et alors là il a fait…

Quoi ? Macho ? Bah, allez savoir pourquoi, les hommes aussi font ça, mais s’ils ont la voix plus grave, ils parlent souvent un ton plus bas.

J’ai eu affaire à un cas comme ça, dans le bus, en plein embouteillage qui a doublé le temps de trajet normal. En plus, ça faisait une semaine que j’avais arrêté de fumer**. J’ai subi une première conversation de la demoiselle qui appelait, vraiment, pour rien (un des sujets de conversations évoqués : les cartes de fidélité de chez McDo et Quick). Quand cette conversation s’est terminée, elle a aussitôt appelé quelqu’un d’autre pour échanger de nouvelles platitudes, comme si le fait de rester seule avec elle-même pendant un trajet, aussi pénible soit-il, lui était complètement insupportable. Au bout d’un long moment, n’en pouvant plus, je me suis retourné. La fille avait bien l’air de sa voix – soit celui de celle qui faisait la grasse mat le jour de distribution des neurones.
Moi (l’interrompant en pleine conversation) :
– Ça va durer encore longtemps ?
S’en est suivie une petite joute verbale de deux minutes où 1) elle a ha-llu-ciné plusieurs fois ; 2) je suis passé pour un extra-terrestre en rappelant certaines qualités comme le respect des autres et la pudeur ; 3) je me suis fait reprocher mon propre manque de respect ; 4) je n’en suis pas forcément sorti très populaire, mais putain, qu’est-ce que ça m’a fait du bien***.

Le personnage incarné par David Duchovny dans Californication, qui dans le premier épisode de cette (hard mais chouette) série tabasse l’utilisateur indélicat d’un portable dans une salle de ciné, est mon nouveau héros.


Cet autocollant à coller sur votre téléphone vous avertit de l’arrivée d’un appel… tout en faisant de la pub. Yeah, baby.

Le téléphone portable nous fait oublier les bonnes manières, tout en nous rendant serviles aux innovations technologiques et aux produits marketing. La personnalisation de son mobile est un leurre : à chaque fois qu’un adolescent pense révéler sa personnalité en mettant en sonnerie son tube préféré du moment téléchargé sur le Wap, c’est son opérateur et Universal qui se frottent les mains. Quand les fabricants y rajoutent le lecteur mp3 et le haut parleur, ce sont les usagers des transports en commun qui trinquent. Les campagnes de pubs des opérateurs basent leurs discours sur la liberté, mais nous tiennent par les c… avec des abonnements démesurés, et les études montrent que là où les moyens de communications se développent, la vie des employés en prend un coup, car les frontières entre travail et vie privée s’estompent.
– Allo ? Oui, j’te dérange pas ? Dis moi, si t’as cinq minutes, je voudrais bien qu’on revoie le Powerpoint pour la présentation de demain…
(Ma femme fait la gueule parce que je rentre tous les soirs à huit heures et je suis jamais là pour aider aux devoirs des gosses, mais non dugland, tu me déranges pas, t’es mon boss et il faut que je sois performant).
Dans un de mes anciens postes, l’une des cadres était réputée pour envoyer des mails de briefs à 20 h, à minuit, à 3 heures du matin, samedi, dimanche et jours fériés compris****.

Bref, quand je vois le foin provoqué par Apple autour de la sortie de son téléphone (obligation pour Orange de partager une partie des bénéfices etc.), je m’étrangle, alors que d’autres frétillent, les écouteurs de leur Imachin***** dans le c…

Téléphon, piège à cons !

Alors, vivre sans portable ?

Vous rigolez ou quoi ? Je viens de changer le mien. Mon opérateur faisait une promo, je l’ai eu pour 20 % de son prix en magasin. C’est un Pocket PC équipé de Windows mobile 5.0 avec tout le toutim (Word, Excel, PDF, Windows Media, MSN intégrés) et Internet Explorer, stylet sur écran tactile, appareil photo / vidéo, synchronisation avec le pc. Je fais plein de trucs avec : je lis des livres électroniques, les annote, et quand je ne comprends pas un terme en anglais, je le cherche sur le thésaurus que j’ai installé. Je lis Le Monde, Le New York Times, Le Herald Tribune et tout plein de sites, et quand je flashe sur un article, je le copicolle dans Word et l’archive. Quand je regarde un film et que je ne me souviens plus du nom d’un acteur je vais voir sur IMDB… Et je peux même regarder des photos prises du téléscope spatial Hubble (véridique). Sinon je fais des réussites, et accessoirement passe quelques appels.

Ahem.

C’est juste que j’aime pas qu’on raconte sa vie à tout le monde dans le bus.
*Je refuse de citer le nom de ce baladeur très connu, je boycotte.
** C’était il y a un mois et demi, et je tiens bon.
*** Prochaine étape, faire ça avec le lascar de service qui met le RNB pourri de son téléphone lecteur mp3 à fond. Et en sortir entier.
**** Oui, je sais, les outils de communication n’expliquent pas tout. Elle, c’était travailler plus pour vivre moins et gagner autant.
***** N’insistez pas, je vous dis.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

11 commentaires

    Grinouille  | 01/12/07 à 10 h 32 min

  • J’aime bien cet article…même si je ne suis pas d’accord avec le “vivre sans portable”. La preuve encore samedi dernier quand je suis tombée en panne sur la parking d’auchan, dans la ville où je fais mes études et où je connais seulement une poignée de personnes…ce portable m’a été vraiment très utile! Sans quoi, j’y serai encore sur le parking d’auchan à essayer de faire démmarrer la twingo! Là où , par contre, j’ai maudit mon portable, c’est quand il n’a plus eu de batterie..alors que nous n’avions pas fixé de lieu de rdv…! la loose!

    Mais sinon, tout le reste de l’article, je suis d’accord!
    Mention spéciales pour les petites astérixes-notes de bas de page. Du temps où j’écrivais, j’aurai bien aimé y penser…

  • dolly  | 01/12/07 à 15 h 41 min

  • trop fort !! c’est vrai le portable c’est utile quand tu es en panne ou des cas comme ca extraordinaires. Après c sur que tu as toujours des c**** qui aiment se faire remarquer ; si ce n’était pas par le portable cela serait autre chose !!

  • Cabrel Francis  | 02/12/07 à 18 h 32 min

  • C’était mieux avant…

  • profytroll  | 02/12/07 à 21 h 30 min

  • je suis a cent pour cent dac vec ton texte
    tellement que je le boîcote aussi
    la preuve je n’ai pas de portable le tel du bureaux et de la maison suffise dejas assez !!!!
    surtout que tu a oublié de parlé des pub tres tres presente au tel eet fax entre autre

  • Garpy  | 05/12/07 à 18 h 38 min

  • Et quand t’achètes un nouveau portable et que tu délaisses tes amis (qui ont gentillement fait l’effort de venir te voir) pour essayer toutes les fonctionnalités du nouveau téléphone, t’en penses quoi Holden? :)

  • Sab  | 05/12/07 à 18 h 40 min

  • Hahaha !!
    Dans ta face

  • Zibyz  | 04/01/08 à 23 h 19 min

  • http://blog.zanorg.com/index.php?post=283

    Voir le dessin: Connard vs. connard . Une solution peut etre…

  • H  | 31/07/09 à 16 h 50 min

  • Aha, merci pour ce lien, je vais me renseigner sur ce bidule aussi…

  • verlad  | 31/07/09 à 21 h 24 min

  • “Alors, vivre sans portable ?” Encore heureux, tiens ! C’est sûrement l’invention la plus con depuis, disons, le parapluie (que je boycotte de même). Et si vous saviez comme on vit beaucoup mieux sans qu’avec…

  • blahblah  | 25/06/10 à 15 h 57 min

  • Les bauds/seconde c’est un nouveau concept ?

  • H  | 26/06/10 à 20 h 04 min

  • Non justement, c’est rétro. On pouvait voir “bits” écrit comme ça de temps en temps mais ça à pas duré très longtemps. Un peu comme “cellulaire” pour portable… ceci dit, en vérifiant, je crois que les bauds se comptent nécessairement en secondes, donc redondance. Sorry.

Laisser un commentaire