“Au” de Ubl et Walters aux Hivernales d’été en Avignon

12/07/16 par  |  publié dans : Danse, Scènes | Tags : , , , ,

Christian Ubl et Kylie Walters ont créé « AU » au Klap de Marseille en octobre 2015,

ils sont aux Hivernales d’Avignon en juillet 2016

Christian Ubl Kylie Walters

Difficile d’inventer un titre plus sibyllin. Au, comme Autre Autriche ou Australie.

L’idée de départ est absurde: parfois les postes se trompent, elles envoient en Autriche des lettres pour l’Australie, et réciproquement.

Christian Ubl est autrichien, il vit en France et se questionne sans cesse sur l’identité. Ce prétexte ténu est pour lui l’occasion de créer une pièce avec Kylie Walters, danseuse et performeuse australienne qui vit à Genève.

Christian Ubl Kylie Walters

Ce n’est certes pas une bushwomen, mais pour autant, si ce n’est le patrimoine génétique commun à tous les humains et leur radicale altérité, ils n’ont rien en commun.

Tout le monde sait que « je est une autre » depuis Arthur Rimbaud, pour qui les « vieux imbéciles n’avaient trouvé du moi que la signification fausse », traçant radicalement -en l’énonçant- la dialectique paradoxale entre l’identité et l’altérité. C’est depuis une vérité révélée pour les philosophes et les psychanalystes, Lacan Derrida Barthes et Deleuze en tête. Lacan écrira l’Autre avec une majuscule, celui de la parole qui nous fait existants. Les pharmacologues croient que nous ne sommes que de la chimie, les cognitivistes que nous ne sommes que comportements, le chorégraphe pense, comme le poète, que nous sommes des être de culture et de langage.

Christian Ubl Kylie Walters

Ubl et Walters questionnent ce qui peux s’inventer quand on n’a ni la même culture ni la même langue, juste la danse en commun et le hasard des rencontres.

Leur duo est un trio: le musicien Seb Martel déguisé en explorateur échappé d’un album de Tintin en Australie est sur scène et danse avec eux, laissant l’ordinateur continuer tout seul ce qu’il a programmé. Entre conférence des nations, valse de vienne, danse contemporaine, mimétisme animalier ou danse ethnique, l’humour et la parodie font lien entre ces éléments disparates.

Christian Ubl Kylie Walters

Bla bla bla

Il est vrai que ce spectacle est bavard, dans un sabir que le spectateur n’entend pas, sauf les mots clés aux préfixes en AU.: autre, Autriche, autruche, authentique etc…

Comme ils ne partagent rien à l’origine, si ce n’est l’exil et la question de l’identité ou de la différence, il faut qu’ils s’ignorent ou qu’il inventent un langage inconnu.

Ils passent par tous les clichés, de la danse folklorique à celle de l’autruche, ou encore par celle des drapeaux dont sont drapés les égos. Cette fois ci ils sont habillés, la nudité est passée de mode depuis « Shake it Out » du même Christian Ubl, Olivier Dubois et Daniel Léveillé.

De cette rencontre improbable sort une pièce surprenante, totalement atypique, pourtant dans le droit fil de la précédente sur l’indispensable et impossible dialogue européen.

Christian Ubl Kylie Walters

C’est une nouvelle pierre dans le jardin de la danse contemporaine, lancée par deux partenaires qui gravitent à sa marge. Il y est encore et toujours question de frontière, être dedans ou dehors, on ne s’en sort pas, on y met des barbelés, on les ouvre et on les ferme, mais en tout cas eux, ils essaient.

A tout prendre, un dialogue de sourds, c’est toujours mieux qu’un conflit armé, et comme en plus c’est drôle, on en redemande.

 

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • Print
  • email

Laisser un commentaire